• Martine Ouellet dépose son projet de loi sur l’utilisation des textiles recyclés dans le rembourrage

    La députée à l’Assemblée nationale Martine Ouellet a déposé aujourd’hui un projet de loi (no 1095) permettant l’utilisation de textiles recyclés pour le rembourrage, modifiant ainsi l’actuelle loi qui date des années 50. Le dépôt s’est fait en présence de Stéphane Guérard, directeur général de Certex, une compagnie d’économie sociale qui valorise les textiles et intègre des personnes handicapées en emploi.

    « Un projet de loi tout simple qui aura un impact important, tant du côté de l’environnement que de celui de la création d’emploi» , a expliqué Martine Ouellet. « J’ai été la première étonnée d’apprendre que le Québec était encore aujourd’hui, un des seuls endroits au monde où on ne pouvait pas utiliser des fibres textiles recyclées pour le rembourrage! Imaginez tout ce gaspillage et ces coûts environnementaux! Quand on pense qu’un kilo de polyester nécessite un kilo et demi de pétrole pour le produire, il est inacceptable que le tout finisse dans un site d’enfouissement! »

    Stéphane Guérard s’est quant à lui réjoui de voir cet obstacle à la création d’une filière de recyclage des textiles être sur le point de disparaître : « Chaque année, ce sont 200 000 tonnes de fibres textiles qui s’en vont dans les sites d’enfouissement, dont une forte majorité vont mettre jusqu’à 400 ans à se décomposer. Il s’agit de la filière la plus polluante au monde puisqu’environ 75 % des contenus de fibres sont synthétiques. L’utilisation des fibres recyclées pourrait trouver un débouché intéressant dans le rembourrage. »

    Il est donc important d’agir afin de donner au Québec les moyens d’agir efficacement en matière de recyclage des fibres textiles. Martine Ouellet entend poursuivre la discussion avec la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et responsable de la Loi sur le rembourrage, Dominique Anglade à ce sujet. «Elle a manifesté son ouverture à étudier et adopter le projet de loi avant le déclenchement de l’élection. Elle peut compter sur toute ma collaboration. C’est un projet relativement simple à adopter, mais qui aura un impact important sur l’environnement et le développement économique de toute une industrie», a conclu la députée.