• Le gouvernement refuse de condamner la violence en Catalogne : Le Bloc Québécois dénonce le silence complice de Trudeau

    « Hier, l’Espagne a brutalisé la population catalane, l’Espagne a brutalisé la démocratie. Le silence complice de Trudeau sur la violence en Catalogne le place dans le camp de ceux qui maniaient les matraques hier. Pourtant, d’habitude, il est le premier en file quand vient le temps de se draper dans la vertu. Son silence aujourd’hui en dit long sur l’importance qu’il accorde réellement aux principes démocratiques », a déclaré Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois et députée à l’Assemblée nationale.
     
    Le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’affaires étrangères Luc Thériault s’en est pris à son tour au refus du gouvernement canadien de condamner l’Espagne à la suite des violences contre la population qui ont marqué le référendum sur l’indépendance de la Catalogne.  
     
    Aujourd’hui en Chambre, le gouvernement Trudeau a refusé d’appuyer une motion déposée par M. Thériault qui condamne la violence de Madrid et réitère la légitimité du principe d’autodétermination des peuples.
     
    « Quand l’Espagne a tenté de saboter le référendum catalan, Ottawa n’a rien dit. Puis, quand l’Espagne a sorti la matraque contre la population qui voulait voter, encore une fois, Ottawa n’a rien dit. Il va falloir un jour que Trudeau comprenne qu’un vrai chef d’État ne défend pas la démocratie seulement les jours impairs ou quand ça fait son affaire », a conclu Luc Thériault, député de Montcalm et porte-parole en Affaires étrangères.