• La légalisation du cannabis, c’est surtout une nouvelle industrie de plusieurs milliards de dollars

     

    À la suite du dépôt du projet de loi canadien plus tôt aujourd’hui, la chef du Bloc Québécois et députée de Vachon à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, exige que le gouvernement Trudeau respecte les champs de compétences et confie au Québec la production du cannabis et l’émission des permis, et non seulement la distribution, l’encadrement et les mesures de prévention nécessaires. Encore une fois, le gouvernement canadien se garde la belle part du gâteau et balaie dans la cour du Québec les questions plus complexes et coûteuses.

     

    Les intentions du gouvernement Trudeau en matière de légalisation du cannabis sont connues depuis plus de deux ans. Plusieurs questions importantes sont soulevées par la légalisation du cannabis « Je partage et comprends les inquiétudes et les divers questionnements suscités par la légalisation du cannabis », explique Martine Ouellet. Déjà, de nombreuses études ont été faites sur le sujet, dont notamment celle de l’IRIS et celle de Santé Canada. Ont été évalués : les effets sur la santé, les modes de distribution, les coûts, la sécurité publique, la sécurité routière, l’engorgement des tribunaux, etc. Pourtant, tout l’aspect de la production et de l’émission des permis semble avoir été laissé de côté.

    « Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable… Si on légalise le cannabis plutôt que de le décriminaliser, c’est qu’on met sur pied une véritable industrie qui représente, au Québec seulement, jusqu’à dix milliards de dollars par année. C’est énorme ! Pour donner un ordre de grandeur, c’est l’équivalent des trois quarts du marché d’Hydro-Québec », poursuit-elle.

    Les compagnies existantes pour la production de cannabis thérapeutique – 24 en Ontario pour 1 seule au Québec – se bousculent à la porte de Justin Trudeau pour obtenir un laissez-passer rapide vers la production récréative.   « On voit bien que la production, c’est le nerf de la guerre ! Pas pour rien que l’ancien directeur financier du Parti libéral du Canada et proche de Justin Trudeau, est le président-directeur général d’une des plus importantes compagnies ontariennes de production de marijuana, Tweed Marijuana», a souligné Martine Ouellet.

    Le gouvernement canadien se garde toute la latitude du côté de l’émission des permis puisque tous les détails à ce sujet seront dans des règlements par arrêtés, à venir plus tard. Rien dans le projet de loi.

    Inacceptable, donc, aux yeux de la chef du Bloc Québécois, la répartition des rôles artificielle et non justifiée proposée par le gouvernement canadien dans sa loi : attribution des permis et la production qui relèvent du Canada, tandis que la distribution, la réglementation et la prévention seraient la responsabilité du Québec. « Pourtant, la santé, l’agriculture et le commerce sont de la compétence du Québec. Il n’y a aucune justification à cet empiètement. La modification du Code criminel et des lois pertinentes, tant que nous ne sommes pas indépendants, ça relève du Canada. Ça devrait s’arrêter là », a conclu Martine Ouellet.