• Français : Philippe Couillard renie la volonté unanime de l’Assemblée nationale

    La députée à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, a déposé une motion demandant au gouvernement du Québec de mettre fin au bilinguisme institutionnel en mettant en vigueur l’article 1 de la Loi 104, seule disposition encore non effective de cette loi, afin que les communications écrites avec les personnes morales établies au Québec se fassent uniquement dans la langue officielle, soit en français.

    « Cette norme vise à contrer le bilinguisme institutionnel qui est pratiqué par les autorités publiques. C’est une réelle menace à notre langue et le gouvernement refuse d’agir, malgré les demandes formelles faites notamment par la Société Saint-Jean-Baptiste et par Partenaires pour un Québec français», a déploré Martine Ouellet.

     

    Voici la motion présentée par Martine Ouellet :

    Que l’Assemblée nationale rappelle qu’elle a voté, le 12 juin 2002, à l’unanimité, la Loi 104, loi qui modifiait la Charte de la langue française;

    Qu’elle souligne que 5 députés du parti Libéral, 3 députés du parti Québécois et 1 député de la Coalition Avenir Québec encore présents ici étaient membres de l’Assemblée nationale à ce moment;

    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement que l’article 1 de la Loi 104, seule disposition encore non effective de cette loi, soit enfin mise en vigueur afin que les communications écrites avec les personnes morales établies au Québec se fassent uniquement dans la langue officielle, c’est-à-dire en français.

     

    «En plus d’être un mépris de la démocratie – refuser de mettre en vigueur un article de loi adopté à l’unanimité – c’est une vraie honte de voir que le gouvernement de Philippe Couillard refuse de faire du français la véritable langue de l’Administration publique», a conclu Martine Ouellet.