• Fonds national des corridors commerciaux : le Québec veut sa juste part – de 420 M$

    La chef du Bloc Québécois et députée à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, et le chef parlementaire et porte-parole en matière de développement économique, Xavier Barsalou-Duval, réclament des investissements de 420 millions de dollars au Québec par l’entremise du Fonds national des corridors commerciaux.

    « Il y a 2,1 milliards de dollars injectés par Transports Canada dans un fonds pour améliorer le transport de marchandises dans les aéroports, les ports et les postes frontaliers canadiens. Le Québec doit obtenir sa part, soit 420 millions de dollars d’investissement, notamment pour réaliser le projet de pôle logistique à Contrecœur et remettre en état les cinq ports de l’Est du Québec qui seraient rétrocédés au gouvernement québécois », a souligné Martine Ouellet.

    En 2007, sur 2,1 milliards de dollars attribués à un fonds similaire, seulement 44 millions de dollars ont été dépensés au Québec (2,2 %) ; ce qui représente un manque de 356 millions de dollars pour le Québec. « Le gouvernement canadien avait tout simplement préféré faire cotiser les contribuables québécois pour ensuite investir les sommes ailleurs au Canada, comme par exemple à Halifax. Nous ne laisserons pas encore le gouvernement canadien agir de la sorte », a poursuivi Xavier Barsalou-Duval.

    Le pôle logistique de Contrecœur

    Le Port de Montréal est l’un des plus importants en Amérique du Nord. « La modernisation du réseau ferroviaire desservant le secteur du futur pôle logistique de Contrecœur est essentielle pour soutenir l’exportation des produits manufacturiers québécois. On parle ici de plusieurs milliers d’emplois qui seront créés dans la région » a ajouté monsieur Barsalou-Duval.

    « Tant qu’on ne sera pas indépendant, on se voit obligé de quémander des fonds pour notre développement économique québécois. Si le Québec possédait tous ses leviers économiques, on choisirait de développer le port de Montréal et d’investir dans les quais et les différentes installations portuaires essentielles au développement économique des régions comme celles de Matane ou de Port-Cartier », a conclu la chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet.