• Caucus du Bloc Québécois – dévoilement de la composition de l’équipe parlementaire

    Montréal, le 19 mars 2017 – Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois, présente ses nominations pour les postes d’officiers du caucus de l’équipe parlementaire. En effet, après avoir rencontré tous les députés, la nouvelle chef élue du parti est maintenant prête à annoncer qui occupera les différentes fonctions d’officiers au sein du caucus.

    Un chef parlementaire 

     L’action transparlementaire de Martine Ouellet nécessitera qu’elle siège à Québec tout en étant chef du Bloc Québécois , ce qui l’amènera à mener des opérations à Ottawa. C’est en ayant comme objectif de maintenir une représentation forte et constante au parlement d’Ottawa que la chef a décidé d’ajouter la fonction de chef parlementaire à la structure du caucus bloquiste. C’est le député du Bloc Québécois de la circonscription de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères, Xavier Barsalou-Duval à qui la chef a attribué sa confiance pour la fonction. Le chef parlementaire aura donc pour fonction de s’occuper des dossiers demandant une intervention immédiate sur la colline. De plus, il s’exprimera au nom de la chef et du parti à Ottawa, autant en chambre que lors de mêlées de presse, par exemple.

    « Xavier Barsalou-Duval travaille comme deux – depuis son élection en 2015, il a su se démarquer à travers ses fonctions parlementaires, dans sa circonscription, ainsi que dans ses interventions médiatiques. Je crois sans l’ombre d’un doute que c’est la personne tout indiquée pour me représenter sur la colline d’Ottawa. Xavier a toute ma confiance. Il fera un excellent travail », a déclaré Martine Ouellet.

    Leader  

    Quant à la fonction de leader, la chef a choisi de nommer à cette fonction importante, le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie. Le député est particulièrement reconnu pour s’être illustré dans l’exercice de ses dossiers parlementaires. Dans des enjeux tels que la lutte aux paradis fiscaux, les transferts en santé ou la protection des consommateurs, pour ne nommer que ceux-là, le député s’est grandement démarqué. Le leader est chargé de la mise en place d’une stratégie parlementaire et requière une grande connaissance des dossiers pour amener le caucus à réagir rapidement aux enjeux d’actualité. « Ça nous prend quelqu’un de rigoureux et de très impliqué pour ce poste. Le choix de Gabriel s’impose par sa proactivité et son sens de l’analyse», a affirmé Martine Ouellet.

    Pour la chef, « Gabriel Ste-Marie s’est distingué par sa forte capacité à livrer des dossiers bien ficelés et à approfondir des enjeux complexes. C’est donc sans hésiter que je lui confie les fonctions de leader, car j’ai confiance qu’il excellera dans cette nouvelle position. Gabriel a la reconnaissance de ses collègues, il travaille très bien ».

    Whip

    Pour la fonction de whip, le choix de la chef s’est arrêté sur la députée de la circonscription de Manicouagan, Marilène Gill. Cette députée a, en effet, montré un grand leadership, une assiduité et une force de travail, ce qui fait d’elle la personne idéale pour le poste. Le whip coordonne les travaux des députés tant au niveau parlementaire qu’à l’extérieur de la Chambre. Cette fonction nécessite un sens de l’organisation hors du commun.

    « Cette députée m’a toujours impressionnée par l’effet d’entrainement qu’elle exerce autour d’elle, par son sens de la diplomatie et par le talent qu’elle a de diriger une équipe dans l’atteinte de ses objectifs. Je crois qu’elle est la personne toute désignée pour assurer ce poste dans l’équipe », exprime Martine Ouellet.

    Président du caucus 

    Finalement, Martine Ouellet proposera à l’équipe parlementaire que Louis Plamondon maintienne ses fonctions de président du caucus. En tant que doyen de la Chambre des communes, sa grande expérience est reconnue par l’ensemble des parlementaires à Ottawa. Il y représente sa circonscription depuis plus de 30 ans. La chef du Bloc Québécois pense qu’il est un atout important pour le Bloc Québécois.

    « Louis Plamondon, c’est l’expérience, c’est la mémoire du caucus du Bloc Québécois. À travers vents et marées, notre parti a toujours pu compter sur lui. Ça va donc de soi, pour moi, qu’il poursuive ses fonctions à titre de président du caucus », conclut Martine Ouellet.