• Infractions répétées au projet pilote Uber – Le ministre Lessard doit mettre ses culottes et imposer des sanctions

    Québec, le 25 janvier 2017 – Martine Ouellet, porte-parole du Parti Québécois pour l’industrie du taxi, ainsi que Catherine Fournier, porte-parole en matière de protection des consommateurs, demandent au ministre des Transports, Laurent Lessard, de cesser d’être complaisant envers UberX et d’imposer le respect de l’entente, intervenue l’automne dernier, par l’application des sanctions prévues.

    En effet, hier matin, alors que les citoyens de la grande région de Montréal composaient avec des conditions météorologiques exécrables, des rues transformées en patinoires et des services d’autobus paralysés, UberX en a profité pour multiplier ses tarifs habituels par quatre. Or, il s’agit d’une violation flagrante de l’entente régissant le projet pilote, qui limitait une telle augmentation des tarifs de base à une fois et demie, en cas de force majeure.

    « Le ministre Lessard fait preuve d’une complaisance injustifiée envers UberX depuis son entrée en fonction. Non seulement a-t-il accepté de négocier avec une entreprise accusée de fraude fiscale mais, en plus, il a modifié la loi pour garantir l’aboutissement du projet pilote, notamment pour permettre à l’entreprise de court-circuiter tout le processus d’auditions devant la Commission des transports qui, autrement, aurait été pour elle un passage obligé. Le ministre doit se ressaisir et protéger les consommateurs contre les abus d’UberX », a déclaré Martine Ouellet.

    « D’un côté, l’entente sur le projet pilote en prévoit la fin en cas de non-respect des conditions par UberX. De l’autre, les directives prévoient l’imposition d’amendes pour ces violations. Le ministre Lessard a donc tous les outils nécessaires pour intervenir et faire respecter la loi. Il doit sanctionner UberX pour ses infractions », a ajouté la porte-parole.

    « Devant la multiplication des infractions au projet pilote, révélées dernièrement par les inspections du Bureau du taxi de Montréal, la moindre des choses serait que le ministre des Transports consacre enfin autant d’énergie à défendre la loi et les consommateurs qu’à accommoder Uber. Il est inacceptable qu’après les chauffeurs de taxi, les consommateurs fassent maintenant les frais des pratiques d’UberX, comme nous l’avons vu hier! », a conclu Catherine Fournier.

  • Industrie du taxi: Le gouvernement contourne la loi pour favoriser Uber

    martine-ouellet-2

    Québec, le 21 octobre 2016 – Martine Ouellet, porte-parole du Parti Québécois pour l’industrie du taxi, dénonce le décret d’urgence sur Uber adopté par Québec, qui force la Commission des transports du Québec à émettre directement un permis d’intermédiaire à l’entreprise, sans consultation.
    « Alors qu’Uber continue de bafouer les lois du Québec, le ministre des Transports lui donne un passe-droit, passe l’éponge sur son comportement délinquant et bâillonne les intervenants », a déclaré Martine Ouellet.
    Rappelons que l’article 34.2 de la Loi concernant les services de transport par taxi permet à la Commission des transports de refuser d’émettre un permis d’intermédiaire à une entreprise qui ne respecte pas les lois en vigueur. La commission a déjà refusé, en 2014, d’accorder un tel permis à une entreprise qui, comme Uber, opérait au mépris de la loi.
    « En 2014, la Commission des transports avait refusé d’octroyer un permis d’intermédiaire à Taxi 9001, étant “d’avis [qu’elle ne pouvait] traiter avec des transporteurs non respectueux des lois et des règlements qui gouvernent le transport par taxi au Québec”. Il est évident que le ministre Lessard était au courant de cette décision; il aura simplement voulu la contourner pour favoriser Uber. En mettant de côté les auditions de la Commission, c’est l’État de droit que le ministre écarte pour faire plaisir à ces délinquants », a ajouté la députée de Vachon.
    « Nous savions que l’éthique n’était pas importante pour le ministre Lessard, et il démontre ici que l’État de droit ne l’est pas plus à ses yeux quand vient le temps d’accommoder, sur ordre du premier ministre, des entreprises qui violent la loi et qui font de la fraude fiscale », a conclu Martine Ouellet.

  • Le tuyau d’Énergie Est : la CAQ et le PLQ, incapables de rejeter le projet !

    Voici mon intervention de mercredi, juste avant le vote sur la motion suivante du Parti Québécois​, que le PLQ-CAQ n’a pas appuyée …

    « Que l’Assemblée nationale rappelle qu’elle a adopté une motion unanime exigeant notamment que le gouvernement du Québec assume sa compétence en environnement et renonce à déléguer ses évaluations environnementales à l’Office national de l’énergie;

    Qu’elle rappelle au gouvernement du Québec sa liste de sept conditions pour accepter ou non le projet Énergie Est de TransCanada;

    Qu’elle souligne que 87 % des Québécois désirent que le gouvernement du Québec ait le dernier mot pour autoriser ou non le projet d’exportation de pétrole des sables bitumineux;

    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement d’exercer ses compétences pleines et entières en matière d’environnement, et exige qu’il refuse le projet Énergie Est de TransCanada. »

  • Le gouvernement libéral doit rassurer les agriculteurs de Vaudreuil

    Québec, le 5 novembre 2015 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture, André Villeneuve, la porte-parole en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, et le député de Beauharnois, Guy Leclair, demandent au gouvernement d’écouter enfin les agriculteurs de la municipalité de Les Cèdres, qui doivent conjuguer avec la menace de se voir expropriés de leurs terres.
     
    « Le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, doit mettre un terme à l’inquiétude et s’engager à ne pas toucher à ces terres agricoles. Ces possibles expropriations sont une menace non seulement pour les agriculteurs actuels, mais aussi pour la relève agricole. Parmi les terres visées par le projet, 90 % sont assurées d’avoir une relève », a affirmé André Villeneuve.
     
    La municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges a demandé au gouvernement du Québec de modifier par décret le zonage d’environ 500 hectares de terres agricoles, afin de créer un éventuel pôle logistique dans la municipalité de Les Cèdres. Si le gouvernement veut absolument voir naître le pôle logistique ou une partie du pôle logistique dans cette région, il n’a qu’à utiliser les endroits industriels, qui y sont appropriés et déjà disponibles.
     
    Martine Ouellet interpelle quant à elle le ministre délégué à la Stratégie maritime : « L’établissement d’un pôle logistique ne doit pas se faire au détriment des meilleures terres arables du Québec. Le site de Contrecœur présente des avantages indéniables pour le développement du secteur maritime québécois. Le gouvernement doit rassurer les agricultrices et les agriculteurs de Vaudreuil et leur dire qu’ils ne seront pas expropriés », a-t-elle indiqué.
     
    Pour sa part, Guy Leclair demande au gouvernement d’ouvrir le dialogue avec les citoyens : « Les agriculteurs ont tenté de rencontrer Lucie Charlebois, sans succès. Le gouvernement doit respecter les citoyennes et les citoyens de la région. Ils ont le droit d’être informés et écoutés. Si le gouvernement veut absolument aller de l’avant avec un pôle logistique dans cette région, qu’il utilise les terrains industriels qui sont déjà à sa disposition. Évitons de revivre l’épisode des expropriations de Mirabel », a conclu le député.
  • Merci à Julie Hébert et à Carole Du Sault pour votre appui!

  • Une nouvelle Société québécoise des eaux à Shawinigan

    SQE.jpg

    Shawinigan, le 5 mars 2015 – Martine Ouellet s’engage à rebâtir l’expertise de l’État québécois en gestion de l’eau avec la création de la Société québécoise des eaux (SQE) à Shawinigan. « Au Québec, nous avons développé une expertise de pointe en traitement des eaux. Maintenant, je propose que l’on passe au niveau supérieur avec la création d’un vaste programme d’infrastructures de désinfection des eaux avec pour objectif l’amélioration de la qualité de l’eau rejetée », a déclaré la candidate à la chefferie du Parti Québécois.

    « Au Québec, nous avons fait un grand pas en avant pour la dépollution de nos cours d’eau avec la construction d’usines d’assainissements des eaux dans les années 80-90. Toutefois, pour la plupart des usines, ce n’est que du traitement primaire. Il est grand temps de passer à la prochaine étape, un traitement de désinfection. Je propose donc un vaste programme d’infrastructures de désinfection pour les municipalités d’un milliard $ sur 10 ans. La préparation des appels d’offres, la gestion des contrats et le suivi seront assurés par la nouvelle Société québécoise des eaux. La construction sera assurée par l’entreprise privée et cette initiative permettra de créer des emplois dans toutes les régions du Québec », a annoncé la candidate Martine Ouellet.

    Martine Ouellet propose de recréer l’expertise perdue de la défunte Société québécoise d’assainissement des eaux et de l’élargir à l’ensemble du traitement de l’eau afin que toutes les municipalités puissent bénéficier de ses conseils tant pour la mise à niveau de leurs usines d’eau potable que pour l’assainissement des eaux. La Société québécoise des eaux détiendra une expertise de pointe au niveau environnemental en termes de gouvernance, ce qui lui donnera la possibilité d’établir des relations institutionnelles à l’international tout en valorisant le savoir-faire des entreprises québécoises.

    Développer des régions fortes

    « Le choix de Shawinigan pour la SQE m’est apparu tout naturel en raison de la place privilégiée qu’occupe la Mauricie dans notre histoire économique et hydrique, c’est le lieu emblématique où la force de l’eau a donné naissance à ce qui a été le pôle industriel le plus important du Québec. De plus, ce choix s’inscrit dans une stratégie de développement économique régional, d’occupation du territoire et d’amélioration de l’expertise publique localisée dans les régions », a ajouté Martine Ouellet.

    Martine Ouellet place les régions au cœur de sa campagne à la chefferie du Parti Québécois aux côtés d’une démarche claire et décomplexée pour réaliser l’indépendance du Québec, du soutien aux familles et du développement économique intelligent. Pour les régions, la SQE vient s’ajouter aux propositions de Martine Ouellet de créer Hydro-Québec Éolien (HQÉ) à Gaspé pour gérer les futurs projets d’éoliens ainsi qu’à la mise en place de bureaux régionaux d’information à Télé-Québec, qui vont alimenter un bulletin quotidien d’information et un nouveau réseau panquébécois d’information régionale en continu, ouvert sur le monde : Télé-Québec Information (TQI). En conclusion, Martine Ouellet considère que l’État doit servir de levier économique afin de permettre le développement de créneaux d’expertise dans les régions du Québec.

  • Martine Ouellet veut développer des régions fortes  

    Longueuil, le 4 mars 2015 – La candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, invite les représentants des médias à un point de presse où il sera question d’un projet novateur pour Shawinigan et la Mauricie.

    Aide-mémoire

    DATE :               Jeudi 5 mars 2015

    HEURE :            10h30

    LIEU :                 Culture Shawinigan

    2100, boulevard des Hêtres

    Shawinigan (Québec)

    G9N 8R8

  • Le saccage libéral se poursuit avec le projet de loi mammouth sur le budget

  • Jean Lapierre : « Le lancement de Martine Ouellet est le plus beau que j’ai vu! »

    Commentaires de Jean Lapierre au sujet du lancement de la campagne de Martine Ouellet à la chefferie du Parti Québécois.