• Chantier maritime Davie : Un contrat ferme doit être signé rapidement

    Québec, le 11 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte parole du Parti Québécois en matière de stratégie maritime, Martine Ouellet, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, demandent au gouvernement canadien de signer rapidement un contrat ferme avec le chantier naval Davie de Lévis pour que le projet Resolve, qui consiste à convertir le MS Asterix en un navire de ravitaillement de la Marine royale canadienne, puisse aller de l’avant.

    Rappelons que la veille du déclenchement de la campagne électorale fédérale, le gouvernement de Stephen Harper a annoncé la signature d’une lettre d’intention avec Chantier Davie Canada qui autorisait le début des travaux au mois d’août. Le chantier espérait la conclusion officielle d’une entente avant la fin du mois d’octobre, mais rien n’a bougé depuis.

    « À quoi bon une stratégie maritime si le plus gros donneur d’ouvrage, le Canada, boude nos chantiers navals et investit notre argent à l’extérieur du Québec? À quoi bon, si le gouvernement libéral du Québec est incapable de lui faire entendre raison? Pendant que les libéraux du Québec utilisent de l’argent public pour leurs campagnes de publicité et leur autopromotion, des milliers d’emplois, des contrats et des milliards de dollars nous glissent entre les doigts. Le projet Resolve ne représente que 300 M$… alors que les contrats canadiens pour les navires de 35 G$ ont été évalués par le vérificateur général canadien à 100 G$! », a insisté Martine Ouellet.

    « Devons-nous rappeler que sur les 35 G$ que le gouvernement fédéral a officiellement octroyés en contrats au cours des dernières années, absolument rien n’est allé au plus gros chantier naval du Canada? Pour couronner le tout, le gouvernement conservateur s’est littéralement foutu de nous en laissant planer la vague possibilité que Davie obtienne des contrats, uniquement dans le but d’avoir quelques votes de plus le jour du scrutin, mais sans donner la moindre garantie. Or, malgré ces belles promesses, nous en sommes toujours au même point. Le gouvernement libéral fédéral doit atténuer l’injustice dont le Québec est victime et signer rapidement le contrat du projet Resolve », a réclamé Stéphane Bergeron.

  • Le gouvernement libéral doit rassurer les agriculteurs de Vaudreuil

    Québec, le 5 novembre 2015 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture, André Villeneuve, la porte-parole en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, et le député de Beauharnois, Guy Leclair, demandent au gouvernement d’écouter enfin les agriculteurs de la municipalité de Les Cèdres, qui doivent conjuguer avec la menace de se voir expropriés de leurs terres.
     
    « Le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, doit mettre un terme à l’inquiétude et s’engager à ne pas toucher à ces terres agricoles. Ces possibles expropriations sont une menace non seulement pour les agriculteurs actuels, mais aussi pour la relève agricole. Parmi les terres visées par le projet, 90 % sont assurées d’avoir une relève », a affirmé André Villeneuve.
     
    La municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges a demandé au gouvernement du Québec de modifier par décret le zonage d’environ 500 hectares de terres agricoles, afin de créer un éventuel pôle logistique dans la municipalité de Les Cèdres. Si le gouvernement veut absolument voir naître le pôle logistique ou une partie du pôle logistique dans cette région, il n’a qu’à utiliser les endroits industriels, qui y sont appropriés et déjà disponibles.
     
    Martine Ouellet interpelle quant à elle le ministre délégué à la Stratégie maritime : « L’établissement d’un pôle logistique ne doit pas se faire au détriment des meilleures terres arables du Québec. Le site de Contrecœur présente des avantages indéniables pour le développement du secteur maritime québécois. Le gouvernement doit rassurer les agricultrices et les agriculteurs de Vaudreuil et leur dire qu’ils ne seront pas expropriés », a-t-elle indiqué.
     
    Pour sa part, Guy Leclair demande au gouvernement d’ouvrir le dialogue avec les citoyens : « Les agriculteurs ont tenté de rencontrer Lucie Charlebois, sans succès. Le gouvernement doit respecter les citoyennes et les citoyens de la région. Ils ont le droit d’être informés et écoutés. Si le gouvernement veut absolument aller de l’avant avec un pôle logistique dans cette région, qu’il utilise les terrains industriels qui sont déjà à sa disposition. Évitons de revivre l’épisode des expropriations de Mirabel », a conclu le député.
  • Des milliers de personnes se mobilisent à travers le Québec pour sauver la Route verte : Dépôt d’une pétition de 48 000 noms à Longueuil

    sosrouteverte

    Sorel-Tracy, le 26 octobre 2015 – C’est aujourd’hui que madame Hélène Paris, présidente du Réseau cyclable de la Sauvagine, monsieur Robert Faithfull, copropriétaire de l’Hôtel de la Rive et représentant des lieux d’hébergement certifiés « Bienvenue Cyclistes ! », monsieur Serge Péloquin, maire de Sorel-Tracy et monsieur Claude Pothier, préfet de la MRC Pierre‑De Saurel, rencontraient la députée de la circonscription de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, madame Martine Ouellet, afin de lui faire part de leurs inquiétudes quant à l’avenir de la Route verte dans la région et de lui remettre une copie de la pétition Sauvons notre Route verte. Ils étaient accompagnés par son collègue, Sylvain Rochon, député de Richelieu. Cette pétition a été lancée par Équiterre le 21 août dernier et appuyée par Vélo Québec. Elle a récolté 48 000 signatures.

    « Pour la région de Sorel-Tracy, la Route verte représente un important produit d’appel. De nombreux attraits complémentaires se sont développés en lien avec la Route verte. La ville de Sorel-Tracy reçoit de nombreux groupes et est devenue une destination reconnue par les amateurs de vélo de la région métropolitaine et de la Montérégie », a déclaré le maire de Sorel-Tracy, Serge Péloquin.

    Rappelons qu’en novembre 2014, lors de la signature du pacte fiscal entre le gouvernement du Québec et les municipalités, le gouvernement abolissait le budget de 2,8 M $ prévu pour l’aide à l’entretien de la Route verte, affectant ainsi près de 55 % du réseau, dont le réseau cyclable de la Sauvagine, une portion de l’axe 3 de la Route verte.

    Lors de la remise de la pétition, les intervenants de la région ont demandé à madame Ouellet de faire les représentations nécessaires auprès du gouvernement du Québec afin de maintenir le programme d’entretien de la Route verte et considérer les propositions déposées par Vélo Québec en juillet dernier au sujet de la pérennité de ce joyau et outil de développement économique et social pour la région.

    « Vous pouvez compter sur mon appui pour défendre la route verte et maintenir le financement de 2.8 M$. Déjà depuis plusieurs mois nous questionnons le gouvernement libéral pour sauver la route verte, un joyau reconnu mondialement. Cette pétition de 48 000 noms viendra je l’espère convaincre le ministre Robert Poëti de l’importance de la Route verte, tant sur le plan économique et touristique que sur le plan de la santé publique en favorisant l’activité physique »,  a ajouté Martine Ouellet.

    « L’aménagement d’une piste cyclable reliée à la Route Verte a été identifiée,  il y a dix ans, par la région de Sorel-Tracy, comme un élément fort de son plan de relance.  Cette piste n’a pas déçu les attentes. Elle est devenue la fierté des gens d’ici et des cyclistes de partout y roulent fréquentant, au passage, événements locaux, restaurants et gîtes. Ce n’est pas une dépense mais un investissement de s’assurer de son bon état et de son développement », a conclu Sylvain Rochon.

    Le désengagement du gouvernement quant à la pérennité de la Route verte a suscité la mobilisation de milliers de partenaires de la Route verte à travers le Québec : communauté cycliste, gestionnaires de voies cyclables, municipalités (160 résolutions adoptées), milieu des affaires, organismes en environnement, milieu touristique, etc.

  • Martine Ouellet à l’émission Mise à jour de Montréal

  • Martine Ouellet entame une tournée sur les dangers du transport de pétrole par train

    Québec, le 17 août 2015 – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, de stratégie maritime et d’électrification des transports, Martine Ouellet, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière d’affaires intergouvernementales canadiennes, Stéphane Bergeron, annoncent le début d’une tournée sur les dangers du transport de pétrole par train, à laquelle se joindront le député de Rimouski, Harold LeBel, et le député de Matane et porte-parole en matière de sécurité publique, Pascal Bérubé, lors de son passage dans le Bas-Saint-Laurent et la vallée de la Matapédia.

    Cette série de rencontres avec des élus municipaux et des groupes de citoyens aura lieu du 17 au 31 août, et s’intéressera plus particulièrement au projet de Belledune, qui vise l’exportation du pétrole des sables bitumineux de l’Alberta.

    « Je tenais à aller à la rencontre des citoyens et des élus municipaux des communautés qui seront touchées par cet important projet de transport de pétrole. S’il voit le jour, 240 wagons-citernes, soit quelque 170 000 barils de pétrole, traverseraient chaque jour des municipalités telles que Longueuil, Mont-Saint-Hilaire, Saint-Hyacinthe, Drummondville, Lévis, Rivière-du-Loup, Rimouski, Mont-Joli et Amqui, ce qui ne serait pas sans apporter un risque d’accident important », a déclaré Martine Ouellet.

    « Dans ce dossier, le gouvernement du Québec reste les bras croisés. Si le Québec était souverain, les Québécoises et les Québécois auraient le dernier mot. Au lieu de cela, l’attitude passive, voire complaisante, du gouvernement Couillard nous condamne à devoir assumer tous les risques, sans la moindre retombée positive. Les compagnies pétrolières et ferroviaires devraient nous demander la permission avant de faire passer des wagons de pétrole au cœur de notre territoire », a poursuivi Stéphane Bergeron. Le député a ajouté que dans le contexte de la campagne électorale fédérale, il souhaite que les candidats et les chefs des différents partis tendront une oreille particulièrement attentive aux préoccupations et à la réalité des communautés qui sont très inquiètes des impacts potentiels, et qu’ils les prendront en considération.

    Rappelons que le projet de transport de pétrole vers Belledune a déjà commencé à faire des dommages; pensons notamment à la fosse à saumon de Sainte-Florence qui, en avril dernier, a été remplie avec plus de 6000 tonnes de pierre non lavée, et ce, sans autorisation. « Cette erreur du Canadien National aura de graves conséquences à long terme sur le saumon et l’industrie touristique de la région du Bas-Saint-Laurent. La confiance des Québécois envers les compagnies ferroviaires et Transports Canada est à son plus bas. Les citoyens et les élus doivent faire entendre leurs préoccupations dès maintenant, avant que d’autres conséquences malheureuses ne surviennent », a conclu Martine Ouellet.

  • L’indépendance d’ici sept ans avec Martine Ouellet‏

    Le Parti Québécois doit sortir de l’ambiguïté de la gouvernance souverainiste. Seule candidate à m’engager clairement pour l’indépendance dans le premier mandat, je propose de recentrer le Parti Québécois sur l’indépendance et la social-démocratie verte.

    Développons une économie intelligente et devenons un leader mondial en électrification des transports; nous avons déjà le meilleur moteur électrique au monde chez TM4! Électrifions un million d’automobiles d’ici à 2030 et tous les autobus scolaires et municipaux. Bloquons le pipeline Énergie Est.

    Pour des régions fortes, créons Télé-Québec Information, réseau panquébécois d’information régionale en continu. Développons 30 000 emplois en investissant un milliard pour des Fonds de diversification économique gérés par les régions.

    Pour les familles et la classe moyenne : des CLSC ouverts 24/7 avec des cliniques d’infirmières, le matériel scolaire gratuit au primaire et au secondaire, modernisons le Code du travail et achetons plus de produits agricoles d’ici.

    Avec mon équipe, le rassemblement pour l’indépendance du Québec est déjà commencé : des présidents du Parti Québécois, plus d’une cinquantaine de militants et d’anciens candidats d’Option nationale dont un des membres fondateurs, des professeurs des HEC, quatre syndicats, d’anciens députés du Parti Québécois et du Bloc Québécois, Pierre Céré, des membres de l’équipe de Bernard Drainville, l’organisatrice de Jean-François Lisée, l’ancien chef du Parti vert du Québec, des membres de Québec solidaire, des candidats du Bloc Québécois, des artistes, des étudiants, des travailleurs et de bien d’autres encore. S’engager pleinement pour le pays, c’est la seule façon de rassembler, c’est la seule façon de gagner!

    J’ai besoin de votre appui. Ensemble, réalisons la deuxième Révolution tranquille, la Révolution tranquille verte avec l’indépendance du Québec!

    Martine Ouellet

     

    Avant de voter, il est important que vous regardiez mon message
    de trois minutes pour l’indépendance :

    Mtl1

    Vidéo : https://youtu.be/RntScj_JE0I

    Mes engagements en environnement : http://wp.me/p5pjoE-jS

    Mes idées pour l’avenir du Québec : http://wp.me/p5pjoE-jV

    Vous aimez ce que je vous propose? Nous avons besoin de votre financement pour gagner : http://wp.me/P5pjoE-1b

  • Montréal, grande métropole mondiale grâce à l’indépendance du Québec

    Francais

    Montréal, le vendredi 8 mai 2015 – La candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, veut que Montréal devienne une grande métropole mondiale. « Par son effervescence culturelle et son dynamisme économique, social et sportif, Montréal a tout pour devenir une grande métropole mondiale, mais pour ça, il faut que le Québec soit un pays », a déclaré la candidate en citant l’urbaniste Jane Jacobs qui avait prédit il y a plus de 30 ans le déclin de Montréal au profit de Toronto. Pour elle, il y avait deux choix, ou bien Montréal décline et devient une ville satellite à la remorque de Toronto dans le Canada, ou bien Montréal se développe comme une grande métropole dans un Québec pays. « L’histoire donne raison à Jane Jacobs, perte des vols internationaux au profit de Toronto, perte de la Bourse de Montréal au profit de Toronto, perte de sièges sociaux au profit de Toronto, le déclin tranquille de Montréal fait mal au Québec, il est urgent de devenir indépendant pour bloquer la fuite à Toronto », a poursuivi la candidate.

    Montréal, grande métropole francophone mondiale

    Par son caractère francophone en Amérique du Nord, Montréal se démarque et il est urgent que nous mettions de nouvelles mesures en place afin d’assurer la présence du français, langue commune. Ce n’est pas d’hier que les Québécois s’unissent pour préserver l’usage du français au Québec et Martine Ouellet tient à souligner le travail essentiel de Camille Laurin, père de la Loi 101. « Dans ce vaste océan anglophone, Camille Laurin nous a doté d’un outil essentiel pour préserver notre belle langue. Or, après plus de 35 ans, il est urgent de moderniser la Loi 101 et d’augmenter la francisation des nouveaux arrivants afin d’assurer la pérennité de Montréal, ville française », a déclaré la candidate tout en soulignant la grande richesse qu’apportent à la ville tous les citoyens du monde qui choisissent de s’y installer.

    Afin de préserver la primauté du français à Montréal et de faciliter l’apprentissage du français et l’accès au travail pour les nouveaux Québécois, Martine Ouellet propose de :

    • Soumettre à la Loi 101 les entreprises à charte fédérale. Cela représente plus de 130 000 travailleurs au Québec dans près de 1 800 entreprises ;
    • Soumettre à la Loi 101 les entreprises de 26 à 50 employés ;
    • Amender la Loi 101 pour indiquer clairement que les bannières doivent être en français ;
    • Offrir des cours de français à tous les nouveaux Québécois qui le souhaitent ;
    • Accélérer la reconnaissance des diplômes pour les nouveaux Québécois et proposer des passerelles.

    Montréal, grande métropole familiale mondiale

    Afin de préserver la vitalité de Montréal et de toute la région métropolitaine, il est essentiel de retenir et même d’attirer les familles sur l’île. « Les familles sont le ciment social qui structure les quartiers, elles permettent une vitalité économique et sociale. Or, la clé pour garder les familles à Montréal est l’accès au logement et à un milieu de vie sain », a poursuivi la candidate à la chefferie du Parti Québécois.

    Pour débuter la revitalisation de Montréal pour les familles, Martine Ouellet propose de :

    • Augmenter l’offre d’habitations avec plus de trois chambres ;
    • Augmenter l’accessibilité des logements avec des prix plus abordables en favorisant le modèle coopératif, la propriété partagée et en augmentant l’offre de logements sociaux ;
    • Doubler la construction de logements sociaux à Montréal ;
    • Investir pour la mise à niveau des écoles de Montréal en dégageant un budget spécial pour la rénovation.

    Vers la création d’Équipe Québec

    La nation québécoise excelle dans plusieurs sports au niveau mondial. Or, tout comme d’autres nations, il serait juste normal que le Québec participe aux grandes compétitions sportives à l’international sous le drapeau du Québec. L’Écosse, le Pays de Galles et Porto Rico participent à la coupe du monde de soccer, pourquoi il en serait autrement pour le Québec? Martine Ouellet propose la mise en place d’Équipe Québec dès la prise du pouvoir en 2018. « Imaginez, le Québec en finale de la coupe du monde de hockey contre la Suède! », a conclu la candidate en soulignant son appui à la proposition de la Fondation Équipe-Québec qui est de créer un bureau à Montréal. Ce bureau sera responsable des relations avec les différentes fédérations sportives internationales afin d’inscrire Équipe Québec dans les compétitions sportives mondiales où le Québec excelle.

  • Des mesures concrètes pour augmenter l’accès à l’art et renforcer la diversité

    Photo_Hugo Pilon-Larose de la Presse

    Montréal, le lundi 4 mai 2015 – Lors d’un point de presse tenu à Montréal au théâtre Prospero, la candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, a présenté des propositions concrètes pour renforcer l’art au Québec. « La culture, c’est l’âme d’un peuple et je compte soutenir nos créateurs, nos auteurs pour une plus grande diversité dans la création au Québec, et ce, dans toutes nos régions », a déclaré la candidate en compagnie de l’auteur François Avard et de la comédienne Sylvie Legault.

    Rendre accessible l’art à la jeunesse

    « C’est en faisant découvrir la création artistique dès l’enfance que nous allons permettre aux Québécois d’avoir accès à une plus grande diversité culturelle tout au cours de leur vie. Afin de rapprocher l’art des citoyens dans toutes les régions, je propose d’augmenter le nombre de sorties artistiques pour les élèves du primaire et du secondaire », a déclaré Martine Ouellet. Cette mesure estimée à 5 millions $ permettra aux élèves de participer à deux sorties supplémentaires lors du primaire telles une pièce de théâtre ou une exposition ainsi qu’à deux autres lors du secondaire. En plus d’être bénéfique pour la jeunesse, cette proposition engendre une plus grande diversité artistique en région et elle crée des emplois pour les artistes.

    Appuyer les créateurs d’ici

    Les créateurs et les écrivains sont une richesse inestimable pour la société québécoise afin de nous remettre en question, de nous faire évoluer et de nous faire rêver. Malheureusement, l’austérité imposée par les gouvernements fédéralistes tant à Ottawa qu’à Québec vient empirer la situation déjà précaire dans laquelle ils évoluent. Austérité injustifiée puisque la culture est l’un des trois secteurs les plus créateurs d’emplois. Reconnaissant l’apport essentiel des créateurs d’ici à la société québécoise, Martine Ouellet propose de les soutenir directement en augmentant de 30 % les bourses aux artistes et aux écrivains du Conseil des lettres et des arts du Québec (CALQ). Cet investissement de 3 millions $ permet d’octroyer l’équivalent de 500 nouvelles bourses.

    Augmenter la création de films d’auteur et de documentaires

    Grâce au talent des cinéastes d’ici, le Québec rayonne dans le monde. Le regard qu’ils portent sur notre société et sur la planète est essentiel pour stimuler notre imaginaire, faire avancer notre société et porter un regard critique et indépendant sur les enjeux auxquels nous sommes confrontés. Afin de les encourager à continuer leur travail essentiel de création, Martine Ouellet propose d’augmenter la diffusion de nouveaux films d’auteur et de documentaires à Télé-Québec. Pour ce faire, 2 millions $ seront investis à Télé-Québec afin de diffuser un minimum de 20 œuvres québécoises originales.

    Accompagner la relève musicale

    Le 28 mai prochain à Rivière-du-Loup aura lieu la finale panquébécoise de Secondaire en spectacle. Or, l’avenir de l’organisation est en péril en raison des coupes idéologiques de 40 % du gouvernement Couillard. Contrairement aux libéraux, Martine Ouellet propose de soutenir la relève musicale en rétablissant le budget de Secondaire en spectacle et en investissant 1 million $ supplémentaire dans des concours pour la relève tels le Concours musical international de Montréal, le Festival international de la chanson de Granby, Cégeps en spectacle et Ma première place des arts.

    Donner le goût de la lecture et préserver la diversité

    « À titre de députée de Vachon, j’ai pris l’initiative d’offrir 850 livres pour les bibliothèques des dix écoles de ma circonscription. La lecture est la base de l’apprentissage chez l’enfant, elle lui permet de développer son imaginaire et sa connaissance, c’est pourquoi j’aimerais que cette mesure fasse boule de neige et qu’elle se multiplie dans l’ensemble des écoles primaires et secondaires du Québec », a poursuivi Martine Ouellet en soulignant que cette mesure permet d’appuyer nos écoles, nos auteurs et l’ensemble du milieu littéraire. Reproduire cette mesure pour l’ensemble du Québec équivaut à investir 2,5 millions $ afin d’ajouter 200 000 nouveaux livres dans nos écoles.

    La candidate joint également sa voix à la campagne « Nos livres à juste prix » appuyée par les éditeurs, les libraires, les auteurs et les bibliothèques et elle propose de réglementer le prix du livre. Martine Ouellet revient avec la proposition de l’ancien ministre Maka Koto, bloquée par l’opposition, et propose de limiter à 10 % le rabais offert sur les nouveaux livres. « À terme, si nous laissons uniquement le marché opérer, les rabais extravagants des grandes bannières vont faire disparaitre l’exception québécoise en Amérique, c’est-à-dire un réseau de joueurs indépendants. Nous devons plutôt encourager cette diversité en instaurant un prix réglementé du livre comme c’est le cas dans au moins 14 pays dont l’Allemagne, la Norvège et le Japon », a poursuivi Martine Ouellet.

    Le Québec indépendant

    Les coupes en culture des Conservateurs font mal au Québec. « En plus de couper dans le budget de la culture, le gouvernement canadien vient ajouter l’insulte à l’injure en remplaçant les toiles du peintre québécois Alfred Pellan par un portrait de la reine d’Angleterre! », a conclu la candidate. Un Parti Québécois dirigé par Martine Ouellet va s’engager clairement à réaliser l’indépendance dans le premier mandat afin de rapatrier l’ensemble des leviers politiques de notre nation au Québec, dont ceux essentiels de la culture. De plus, afin de préparer la transition vers le Québec pays, des analyses seront effectuées pour calculer la part des programmes fédéraux qui revient au Québec indépendant.

     

    Source : Patrick Ney, attaché de presse
    Photo : Hugo Pilon-Larose, La Presse

  • Martine Ouellet propose une révolution pour les régions

    Dépliant Martine Ouellet - Couverture

    Saint-Hubert, le vendredi 1 mai 2015 – La candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, s’engage à développer des régions fortes. Martine Ouellet est la candidate qui propose le plan le plus solide pour renforcer les régions du Québec, une véritable révolution.

    Rendez-vous pour l’avenir des régions

    Martine Ouellet propose d’organiser dans chaque région des « Rendez-vous pour l’avenir des régions  », afin de définir les orientations et les créneaux porteurs pour la création d’emplois et de PME. « Il s’agit d’un grand rassemblement avec l’ensemble des intervenants de la région, que ce soit les entrepreneurs, les universitaires, les syndicats, le gouvernement ou les organismes communautaires, c’est là que seront définis les axes de développement prioritaires pour chacune des régions », a déclaré la candidate. L’idée est de bien définir les créneaux d’excellence en fonction du potentiel de chaque territoire, des expertises disponibles et de la créativité des leaders régionaux.

    Fonds de diversification économique de un milliard $ pour les régions

    Les axes de développement des Rendez-vous serviront à orienter les nouveaux Fonds de diversification économique qui seront mis en place dans les régions. Le budget global des fonds sera de un milliard $ sur dix ans afin de créer 30 000 emplois et des retombées économiques totales de six milliards $. « Pour avoir des régions fortes, il est primordial de diversifier l’activité économique et ce sont les intervenants régionaux qui sont les mieux placés pour savoir où investir », a poursuivi la candidate. Les Fonds seront gérés par les acteurs locaux, en collaboration avec Investissement Québec, en s’inspirant du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

    Partager les redevances avec les régions ressources et augmenter la transformation

    Un gouvernement Ouellet s’engage également à redistribuer une partie des redevances sur les ressources naturelles avec les régions ressources et à augmenter la transformation au Québec dans le secteur de la forêt et des mines. « Grâce à la nouvelle loi sur les mines adoptée à l’unanimité, le gouvernement a maintenant le pouvoir d’exiger plus de transformation des minières. Comme chef du Parti Québécois, je vais travailler à augmenter la transformation du minerai au Québec puisqu’elle crée de trois à quatre fois plus d’emplois que la simple extraction », a ajouté l’ancienne ministre des Ressources naturelles du Québec.

    « Comme première ministre, je propose la Révolution tranquille des régions avec plus de pouvoirs économiques, plus d’information et une plus grande diversité d’emplois », a conclu Martine Ouellet en rappelant que les régions seront grandement gagnantes avec l’indépendance du Québec puisque la construction des derniers piliers manquants à notre pays sera faite dans un souci de développement régional, d’occupation du territoire et d’équilibre entre les grands centres urbains et les régions.

    Encore plus pour les régions : en cliquant sur ce lien, découvrez l’ensemble des propositions de Martine Ouellet pour les régions :

    • Diversifier l’économie des régions et augmenter les pouvoirs des leaders régionaux ;
    • Création de TQI : Télé-Québec Information ;
    • Renforcer l’expertise de l’État québécois ;
    • Augmenter l’achat québécois en agriculture.
  • Une révolution pour les régions – Toutes les propositions de Martine Ouellet pour les régions

    DSCN1157

    Comme chef du Parti Québécois et comme première ministre, je propose :

    Diversifier l’économie des régions et augmenter les pouvoirs des leaders régionaux

    • Tenir des « Rendez-vous pour l’avenir des régions » afin de définir les orientations et les créneaux porteurs pour la création d’emplois et de PME ;
    • Instaurer en région des « Fonds de diversification économique » gérés par le milieu en collaboration avec Investissement Québec. Investissements de un milliard $ sur dix ans entraînant la création de près de 30 000 emplois et des retombées économiques de six milliards $ ;
    • Partager les redevances sur les ressources naturelles avec les régions ressources et en confier la gestion aux acteurs locaux, en collaboration avec le gouvernement du Québec ;
    • Augmenter la transformation de notre minerai au Québec, qui créé de trois à quatre fois plus d’emplois que la simple extraction, afin de stimuler le secteur manufacturier ;
    • Bonifier la Charte du bois pour que la solution bois soit également analysée dans le domaine de la construction au Québec, notamment pour les ponts et les ponceaux ;
    • Une fois le Québec indépendant, octroyer plus de pouvoirs aux régions.

    Création de TQI : Télé-Québec Information

    • Instaurer à Télé-Québec un bulletin quotidien d’information régionale ouvert sur le monde alimenté par des bureaux régionaux. En complémentarité, mettre en place une plateforme web ;
    • Créer « TQI : Télé-Québec Information », réseau panquébécois d’information régionale en continu. L’information des régions pour toutes les régions ;
    • Afin d’être ouvert sur le monde, doter TQI d’une structure lui permettant de partager des contenus avec les services de médias étrangers ;
    • Lorsque le Québec va devenir indépendant, intégrer à Télé-Québec la portion québécoise du financement et de l’expertise de Radio-Canada.

    Renforcer l’expertise de l’État québécois en région

    • Créer la « Société québécoise des eaux (SQÉ) » à Shawinigan pour gérer un vaste programme d’infrastructures de désinfection des eaux avec pour objectif l’amélioration de la qualité des eaux rejetées. Cet investissement de un milliard $ sur 10 ans va permettre de développer une expertise publique tout en créant 10 000 emplois ;
    • Fonder « Hydro-Québec Éolien (HQÉ) » à Gaspé pour gérer les futurs projets d’énergie éolienne.

    Augmenter l’achat québécois en agriculture

    • Augmenter l’offre de produits régionaux dans les SAQ et à inciter les grandes bannières à laisser une plus grande flexibilité aux détaillants afin de favoriser les producteurs québécois ;
    • Continuer la stratégie instaurée par le Parti Québécois d’approvisionnement local pour les institutions publiques ;
    • Offrir un capital-patient à la relève agricole pour l’acquisition de terres et la reprise de fermes ;
    • Documenter le phénomène de la financiarisation des terres agricoles et en concertation avec le milieu, la contrer ;
    • Doter le Québec d’une stratégie de soutien à la production biologique afin de remplacer une partie des produits importés qui comprendrait notamment une aide spécifique à l’installation, une aide à la transition pour les agriculteurs qui opéraient auparavant en régie conventionnelle et une offre adaptée de produits de gestion des risques ;
    • Appuyer le système d’agriculture soutenue par la communauté, dans lequel les consommateurs sont alimentés directement par leurs fermiers de famille ;
    • Un Québec indépendant soutiendrait mieux l’agriculture québécoise. « Prenons l’exemple de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Le gouvernement fédéral a choisi de satisfaire les producteurs de bœuf de l’Ouest au détriment des producteurs de fromage du Québec. Ottawa a marchandé l’augmentation des quotas d’importation de bœuf contre un accès supplémentaire des fromages européens au marché canadien. Or, le Québec est le grand perdant, car nous produisons plus de 50 % des fromages au Canada – et plus de 60 % des fromages fins », a déclaré Martine Ouellet.