• Martine Ouellet expose le « chromosome de l’amour »

    expo_ph

    Saint-Hubert, le 18 mars 2016 – Une centaine de personnes se sont réunies le vendredi 4 mars dernier à l’occasion du vernissage de la Société Québécoise de la Trisomie-21 qui lance sa quatrième tournée nationale de sensibilisation. L’événement était co-organisé par Martine Ouellet, députée de Vachon, ainsi que par Sylvain Fortin, président de la SQT-21 qui a reçu la médaille de l’Assemblée nationale à cette occasion.

    Visages de lumière  

     C’est sous cette thématique que débute la 4e campagne nationale de sensibilisation à la trisomie 21, qui prend la forme d’une exposition itinérante de photographies et de poésies portant sur les personnes qui ont le « chromosome de l’amour ».

    « C’est un honneur pour moi que la campagne de sensibilisation débute à nos bureaux et d’ailleurs, le vernissage a été un grand succès ! Je vous laisse vous imaginez ces jeunes qui se sont vu sur les photos ! Disons qu’on a eu beaucoup de rires et aussi quelques larmes de tendresse pendant les discours », a déclaré Martine Ouellet.

    « On se sent privilégiés de débuter notre campagne au bureau de Martine Ouellet. L’ambiance était à la fois chaleureuse et festive, on a vécu beaucoup d’émotions ça c’est sans contredit ! Cette campagne de sensibilisation vise à susciter l’émergence d’une solidarité sociale ayant comme point de mire les personnes qui vivent avec une trisomie-21 et de mieux les faire connaître par le biais de leur merveilleuse force qui consiste à aimer inconditionnellement et à vivre sans préjugé envers les autres », a souligné Sylvain Fortin.

    Un président d’exception

    « Monsieur Fortin est président et fondateur de la Société Québécoise de la Trisomie-21. Dans les 16 dernières années, il a fait trois campagnes nationales toutes aussi uniques et originales les unes que les autres : un tour du Québec à vélo, une chanson dédiée aux personnes vivant avec la trisomie-21 ; Inconditionnel et un conte pour enfant ; Le semeur de câlins. En plus de ces campagnes, il a créé un fond d’aide spécial pour des services d’aide juridique et il travaille maintenant sur un projet de mémorial. En reconnaissance de ses accomplissements pour une cause importante, j’ai donné la médaille de l’Assemblée nationale à Sylvain Fortin ! », a souligné la députée.

    « Je suis honoré de recevoir cette marque de reconnaissance qui me fait particulièrement chaud au cœur. Je tiens à remercier Madame Ouellet pour sa générosité et son accueil. Nous avons comme responsabilité collective de redoubler d’efforts et de bâtir une société qui fera du Québec non seulement le meilleur endroit au monde pour élever une famille, mais également un havre de paix où vie de famille rime avec satisfaction et épanouissement avec nos enfants vivant avec une trisomie‑21 », a conclu le président.

    « Finalement, j’aimerais saluer l’organisme de Saint-Hubert, « L’appart à moi », qui vise à appuyer les personnes vivant avec la trisomie-21 en proposant un projet de logements pour développer l’autonomie de ces personnes. », a terminé Martine Ouellet.

    L’exposition en deux volets regroupe 21 photographies représentant des enfants et des adultes qui vivent avec une trisomie‑21 dans leur quotidien et un poème associé à chacune des photos. Les œuvres seront exposées jusqu’au 31 mars de cette année et les citoyens peuvent venir les observer à la Maison des citoyens pendant les heures d’ouverture : 9h à 12h et 13h à 16h, du lundi au vendredi.

  • Stratégie maritime – En l’absence de plan économique crédible, le gouvernement Couillard sert du réchauffé

    Devoir-de-débattre

    Québec – La porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, de stratégie maritime, d’électrification des transports et de stratégie numérique, Martine Ouellet, constate que le gouvernement Couillard, en panne complète pour tout ce qui a trait à l’économie, s’empresse de servir du réchauffé aux Québécois, qui demeurent donc en attente du dépôt d’un véritable plan gouvernemental de développement économique.

    « Les sommes annoncées ce matin ont déjà été annoncées en grande pompe lors du dévoilement de la Stratégie maritime, au mois de juin dernier. À défaut d’avoir soulevé de l’intérêt à ce moment-là, le gouvernement tente de donner à son annonce un second tour de roue, en la répétant ce matin! », estime la députée.

    Le Parti Québécois rappelle que les comités locaux que le ministre veut former existent par ailleurs déjà à plusieurs endroits, comme à Sorel-Tracy, à Port-Cartier et à Bécancour. Heureusement, ces régions n’ont pas attendu le signal du ministre D’Amour pour se mobiliser!

    « Ressasser les mêmes investissements, annonce après annonce, ne remplace pas une véritable stratégie de développement économique pour nos régions et pour la vallée du Saint-Laurent. Il est désolant de constater qu’après deux ans de gouvernement libéral, le ministre D’Amour vient tout juste de s’apercevoir qu’il existe au moins 16 endroits au Québec ayant des besoins en investissements industrialo-portuaires », a conclu Martine Ouellet.

     

  • Audience publique sur les services d’Orléans Express en région – La CTQ se préoccupe davantage de la situation financière de l’entreprise que de l’accessibilité du transport en commun

    ImageProxy

    Québec – Le 12 février dernier, nous apprenions qu’une audience de la Commission des transports du Québec (CTQ) concernant la diminution des services d’Orléans Express en région se tiendrait à Québec le 14 mars prochain. Gaétan Lelièvre, porte-parole du Parti Québécois en matière de développement des régions, et Martine Ouellet, porte-parole en matière de transports, fustigent cette décision, qu’ils perçoivent comme un manque de respect flagrant envers les citoyens habitant les régions et utilisant les services d’autocar dont il est question.

    Gaétan Lelièvre déplore également que le mandat de la CTQ porte uniquement sur les impacts financiers qu’aura la réduction des services sur la compagnie Orléans Express, au détriment de ses incidences négatives sur la clientèle et le développement des régions. « Cela s’ajoute à une longue liste d’exemples démontrant l’absence de considération du gouvernement pour les régions », a-t-il déclaré.

    « Il s’agit d’un dossier majeur pour la mobilité des personnes et le maintien des services de transport collectif en région. Les gens sont mobilisés et prennent l’enjeu à cœur. Je peux citer en exemple le cas du comité bénévole Sauvetage Transport Percé qui, depuis un an, tente de se faire entendre par le ministère des Transports et la CTQ. Or, celle-ci lui demande maintenant de faire 1500 km pour assister à une audience le concernant directement », a quant à elle dénoncé Martine Ouellet.

    La diminution des services en région a été autorisée en octobre 2014 par la CTQ et est appliquée depuis janvier 2015. Outre cette réduction, certains trajets ont littéralement été abandonnés. Par exemple, les parcours Victoriaville–Thetford Mines, Grande-Rivière–Gaspé et Trois-Rivières–La Tuque ne sont plus offerts par Orléans Express.

    « Ce qu’on demande, c’est une tournée régionale de la Commission. En tenant son audience à Québec, la CTQ décourage ou empêche les citoyens concernés et mobilisés d’intervenir sur le sujet. C’est injuste et injustifiable », a aussi tenu à faire valoir Gaétan Lelièvre.

  • Transports en commun – Le Parti Québécois fait un gain pour les étudiants

    mouellet_pl76

    Québec – La députée Martine Ouellet, porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, de stratégie maritime, d’électrification des transports et de stratégie numérique, est heureuse d’avoir éliminé la discrimination basée sur l’âge en ce qui a trait au tarif étudiant sur le territoire de la Communauté métropolitaine de Montréal, grâce à l’adoption de son amendement au projet de loi 76 sur la réorganisation du transport collectif dans la région montréalaise.

    « Avec cet amendement, le Parti Québécois confirme l’importance qu’il accorde à la jeunesse et répond positivement à la demande de la Coalition régionale étudiante de Montréal et à la pétition lancée hier par Sophie Lamontagne, signée par près de 15 000 personnes en moins de 24 heures », a mentionné la députée de Vachon.

    Rappelons que l’amendement adopté jeudi garantit un tarif égal pour tous les étudiants âgés de 18 ans ou plus. Cette modification devrait favoriser l’utilisation des transports en commun par la communauté étudiante, et contribuer, du même coup, à la lutte contre le smog urbain.

    « Dans une société dont l’avenir et la prospérité reposent sur une main-d’œuvre éduquée et qualifiée, il était inconcevable que les étudiants plus âgés – qui poursuivent leurs études aux cycles supérieurs ou qui effectuent un retour aux études – n’aient pas droit au même traitement que les étudiants plus jeunes », a ajouté Martine Ouellet.

  • UberX – Martine Ouellet et Amir Khadir ont rencontré les acteurs de l’industrie du taxi

    Saint-Hubert – Le vendredi 15 janvier dernier, Martine Ouellet, députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Amir Khadir, député de Mercier, et une trentaine de représentants de l’industrie du taxi ont tenu un point de presse conjoint pour dénoncer UberX et l’inaction du ministre Poëti.

    Des familles abandonnées

    Martine Ouellet a souligné l’impact de la négligence libérale sur les chauffeurs propriétaires de taxi et leur famille. « À Montréal seulement, on parle de plus de 10 000 chauffeurs de taxi qui perdent en moyenne 50 $ par jour depuis environ 18 mois. La valeur de leur permis de taxi a diminué d’environ 20 % depuis l’arrivée d’UberX, mais les chauffeurs doivent continuer à payer leur hypothèque sur la valeur à l’achat! L’inaction du gouvernement Couillard a des conséquences graves sur les chauffeurs de taxi et leur famille. Qu’il arrête de tergiverser et qu’il agisse! », a-t-elle réclamé.

    Uber : une multinationale illégale

    « Les libéraux tolèrent l’illégalité, ils tolèrent l’inacceptable. Je n’ai jamais vu ça, une mobilisation pour que le gouvernement applique les lois, c’est surréel. Les chauffeurs propriétaires de taxi ne demandent qu’une chose au ministre Poëti : qu’il applique la loi, immédiatement. On ne voit pas ça souvent, des entreprises illégales, qui ne paient aucune taxe, aucun impôt et qui agissent en hors-la-loi; pourquoi UberX bénéficie?t?elle de ce traitement de faveur de la part du ministre Poëti et du premier ministre Couillard? Le gouvernement cause des préjudices aux chauffeurs de taxi et à leur famille en décidant de ne pas agir. C’est inacceptable », a poursuivi Martine Ouellet.

    Une rencontre déterminante

    « C’est la première fois que des intervenants de l’ensemble de l’industrie du taxi se réunissent autour d’une même table depuis l’arrivée d’UberX au Québec. D’ailleurs, il y avait un consensus clair sur l’urgence d’agir ainsi que sur le manque de volonté du gouvernement Couillard et du ministre Poëti à faire respecter la loi. Les chauffeurs de taxi sont désespérés et le gouvernement ne doit plus attendre. Certaines actions ont été lancées, notamment par Juripop; des démarches sont en cours en vue d’un recours collectif contre UberX concernant le scandale des tarifs monstres du jour de l’An. Des chauffeurs de taxi ont aussi déposé des dénonciations contre des chauffeurs illégaux devant la Commission des transports du Québec. Finalement, une pétition pour défendre l’industrie du taxi est en ligne sur le site Internet de l’Assemblée nationale. Dans tous les cas, ça n’a aucun sens que les chauffeurs de taxi et leur famille, des clients floués et les contribuables fassent les frais de l’inaction du gouvernement libéral dans le dossier du taxi illégal », a conclu Martine Ouellet.

  • Des coupes qui font mal – Longueuil, bilan de session parlementaire

    Bilan Longueuil2

    Longueuil, le lundi 14 décembre 2015 – C’est à la Maison des citoyens que Martine Ouellet, députée de Vachon et porte‑parole du Parti Québécois en matière de transports, d’électrification des transports, de stratégie maritime et de télécommunications, Diane Lamarre, députée de Taillon et porte-parole en matière de santé et d’accessibilité aux soins, et Bernard Drainville, député de Marie-Victorin, leader parlementaire et porte-parole pour la Loi électorale et en matière d’accès à l’information, d’éthique et d’intégrité, ont fait connaître leur bilan de session parlementaire. À cette occasion, les trois députés de Longueuil se sont entendus sur l’incompétence, l’injustice et l’incohérence dont les libéraux ont fait preuve cet automne.

    Nos enfants en paient le prix
    « Avec le dogmatisme qu’on lui connaît, le PLQ a coupé 120 M$ aux centres de la petite enfance (CPE), ce lieu modèle de développement pour nos tout-petits. À ce moment-ci, c’est la survie du réseau des CPE et les emplois de milliers d’éducatrices qui sont menacés. Même si les libéraux avaient promis d’investir en éducation, une fois au pouvoir, ils ont coupé les services aux élèves et fragilisé notre système d’éducation publique. Mes collègues et moi-même avons d’ailleurs participé, avec les parents, aux chaînes humaines devant nos écoles avec le mouvement Je protège mon école publique, que ce soit l’école D’Iberville de Saint-Hubert, l’école Gentilly ou encore l’école Armand-Racicot de Longueuil. D’ailleurs, j’invite tous les citoyens à signer la pétition qu’un commissaire scolaire de Saint-Hubert a déposée et que je parraine pour faire de l’école publique une véritable priorité nationale, disponible sur le site Internet de l’Assemblée nationale », a déclaré Martine Ouellet.

    Cet automne, j’ai aussi eu l’occasion de faire une tournée sur les dangers du transport de pétrole par train pour exportation, et particulièrement sur le projet Chaleur Terminals. Je suis allée à la rencontre des citoyens et des élus municipaux des communautés qui seraient touchées. S’il voit le jour, 240 wagons-citernes traverseraient chaque jour des municipalités telles que Saint-Lambert, Longueuil, Saint-Bruno et Mont-Saint-Hilaire, et celles tout au long de la voie ferrée du CN jusqu’à Belledune au Nouveau-Brunswick. J’y ai rencontré plusieurs élus municipaux et groupes de citoyens et, résultat de cette grande mobilisation, l’UMQ et plusieurs MRC et municipalités ont adopté une résolution demandant au gouvernement d’annoncer un BAPE sur Chaleur Terminals! Parlant de grande mobilisation, je félicite tous les citoyens, les élus et les organismes qui se sont regroupés pour empêcher le péage sur le futur pont Champlain, c’est une victoire pour toute la région métropolitaine et un exemple de réussite pour tous ceux qui se mobilisent pour changer les choses! », a ajouté la députée.

    Questionner le gouvernement et questionner ses réels intérêts
    « Tout au long de la session parlementaire, j’ai cherché à obtenir le meilleur pour la population. J’ai posé des questions claires au ministre Barrette. Il a refusé de répondre, confondant son ancien rôle de président de la FMSQ avec celui de ministre de la Santé et des Services sociaux, responsable d’un budget qui appartient aux Québécois! J’ai dénoncé l’instauration d’une surcharge aux patients pour des frais accessoires, car il s’agit d’une façon détournée de faire payer les patients une deuxième fois pour des services de santé qu’ils paient déjà; une forme évidente d’une privatisation en douce compromettant les principes d’un système de santé universel et accessible à tous. J’ai déposé une pétition de plus de 10 500 noms à l’Assemblée nationale contre ces frais, une pétition qui témoigne que, contrairement aux dires du ministre, les citoyens du Québec n’acceptent pas cette décision unilatérale qu’il a imposée sans débat public. Le projet de loi 20, désormais adopté, a aussi désassuré l’accès et en quelque sorte privatisé la fécondation in vitro (FIV). L’équivalent d’un enfant par classe (1/32) est né grâce à la FIV. Bien que nous ayons réussi à gagner quelques amendements en commission parlementaire, le ministre a mis tellement d’obstacles que le projet parental devient inaccessible pour la plupart des couples infertiles. J’ai dénoncé à maintes reprises, tout comme la vérificatrice générale du Québec, le surplus de rémunération de près de un milliard de dollars versé aux médecins, alors que le réseau de la santé et des services sociaux subit des coupes de 450 M$ », a pour sa part indiqué Diane Lamarre.

    Pendant ce temps, à Longueuil, 10 000 personnes par mois doivent recourir à des banques alimentaires. En matière de santé, l’état de la situation des guichets d’accès pour la clientèle sans médecin de famille reste problématique dans la région. Le nombre de patients inscrits à ces guichets d’accès a grimpé de 60 % en seulement 10 mois. Au total, plus de 73 575 personnes étaient inscrites sur la liste au 23 janvier 2015, elles étaient 45 849 au 31 mars 2014. Ce gouvernement a une approche idéologique; en plus de l’absence de résultats sur le plan économique, il coupe dans les acquis sociaux », a‑t‑elle ajouté.

    Des gestes d’intégrité pour redonner confiance aux Québécois
    Pour sa part, le député de Marie-Victorin et leader parlementaire de l’opposition officielle, Bernard Drainville, a mis l’accent sur trois éléments importants liés à ses fonctions parlementaires : 1. l’adoption du projet de loi visant à mettre un terme aux primes de départ des députés qui quittent en cours de mandat, sans que ce soit pour des raisons de santé ou familiales; 2. la fin des applaudissements à la période de questions, afin d’assainir l’ambiance au Salon bleu, et; 3. faire la lumière sur la commission Charbonneau, notamment en demandant à M. Renaud Lachance et à Mme France Charbonneau de venir s’expliquer publiquement, en commission parlementaire.

    « Les Québécois ont soif d’intégrité et d’éthique. Je m’en rends compte en discutant avec les gens de Longueuil; ils veulent la vérité. Ils veulent comprendre pourquoi les libéraux s’en tirent à si bon compte dans le rapport de la commission Charbonneau. Pourquoi avoir protégé les grosses gommes du Parti libéral, Marc Bibeau et compagnie? Quarante‑cinq millions plus tard, est-ce que la commission Charbonneau a servi à blanchir le PLQ? C’est pour ça que nous demandons que M. Lachance et Mme Charbonneau viennent s’expliquer sur les conclusions de la commission d’enquête. C’est pour la même raison que je me réjouis de la fin des primes de départ en cours de mandat. C’est une belle victoire! Une belle victoire pour les citoyens, pour les Québécois et pour notre démocratie! La loi qui a été adoptée, c’est le projet de loi que j’avais moi-même déposé, à part un élément. J’avoue que j’en suis particulièrement fier. Ça aura pris du temps, mais on a fini par gagner cette bataille-là. C’est encore une fois la preuve qu’il ne faut jamais lâcher. Merci à tous les citoyens qui nous ont appuyés », a déclaré Bernard Drainville.

    Par ailleurs, on continue la bataille pour sauver le financement des 16 projets de lutte contre la pauvreté à Longueuil. « Diane, Martine et moi, les trois députés de Longueuil, on a rencontré la Corporation de développement communautaire (CDC) de Longueuil afin de trouver un moyen de poursuivre ces projets qui aident vraiment notre monde et notre communauté. Rien n’est encore joué mais, pour en avoir discuté avec le ministre Sam Hamad, il n’a pas démontré une grande ouverture. D’ailleurs, ce gouvernement n’a pas la réputation d’être particulièrement réceptif aux demandes des organismes communautaires », rappelle Bernard Drainville. « On a l’impression d’un gouvernement froid qui nous regarde de haut ».

    « Nous sommes face à un gouvernement qui va chercher 1500 $ de plus dans la poche des familles, qui s’attaque au principe de l’égalité des chances, qui coupe dans les services aux élèves et démantèle les CPE, qui coupe en santé et privatise nos soins en douce, et qui veut obliger les assistés sociaux à déménager. Nous sommes face à un gouvernement qui n’écoute pas la population. C’est ce même gouvernement libéral qui, de l’autre côté, verse 800 M$ en trop aux médecins spécialistes. C’est l’austérité partout au Québec, sauf pour les collègues médecins du premier ministre et de son ministre de la Santé. C’est inacceptable. Les Québécoises et les Québécois sont indignés et ils ont raison. Le Québec mérite mieux qu’un gouvernement insensible, entêté, incohérent et incompétent », ont conclu les députés du Parti Québécois.

  • Airbnb, Uber et compagnie : les effets bénéfiques et pervers de l’économie du « partage »

    La série de débats publics « Le Devoir de débattre » est organisée par Le Devoir et permet de faire écho aux sujets débattus dans la section Idées du quotidien. Échanges passionnants garantis!

     

    Cette nouvelle forme d’économie est-elle une innovation ou simplement une façon de contourner les règles?
    Avec :
    – Michelle Blanc, consultante en marketing internet
    – Guillaume Blum, Professeur adjoint à l’École de design de l’Université Laval
    – Ianik Marcil, économiste
    – Martine Ouellet, députée péquiste dans Vachon

    Animateur : Antoine Robitaille, éditorialiste du Devoir

    Le débat a eu lieu le 21 octobre 2015 à Québec et il est diffusé sur les ondes du Canal Savoir.

  • Davie : Le Canada bloque encore le Québec

    151013_sb2wg_asterix_sn635

    (Photo : ICI Radio-Canada)

    Québec, le 20 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, et le député de Verchères et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, déplorent la décision du gouvernement Trudeau de retarder l’attribution du contrat pour la conversion d’un porte‑conteneurs en un navire de ravitaillement militaire au chantier Davie.

    « Le gouvernement canadien retarde encore l’octroi du contrat pour le projet Resolve, un contrat de près de 700 M$ pour la Davie. Pendant ce temps, le gouvernement Couillard reste les bras croisés et prétend être le champion de l’industrie maritime. Au lieu de dépenser près de 300 000 $ de l’argent des Québécois pour faire de la publicité pour sa stratégie maritime, le gouvernement du PLQ devrait plutôt se concentrer sur le dossier de la Davie. Une autre preuve que tant que le Québec ne sera pas indépendant, une politique maritime efficace pour le Québec ne pourra voir le jour », a déclaré Martine Ouellet.

    « Les gouvernements changent, mais l’histoire se répète. Ottawa vient encore de mettre de côté le Québec dans l’octroi des contrats de la Marine royale canadienne. Rappelons que sous le gouvernement Harper, c’est 35 G$ en contrats qui sont allés dans le reste du Canada, sans qu’un seul dollar ne soit attribué au Québec. Quant au gouvernement Trudeau, il n’aura pas tardé à prendre une décision qui désavantage le Québec », a conclu Stéphane Bergeron.

  • Le ministre Poëti se laisse narguer par UberX

    Taxi

    Montréal, le 13 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Martine Ouellet, déplore que le service de taxi illégal UberX continue son expansion au Québec, et ce, sous le nez du ministre des Transports, Robert Poëti, qui refuse d’agir.

    « Depuis son arrivée au Québec, le service de transport illégal UberX ne cesse de croître. L’entreprise annonçait hier, en grande pompe, qu’elle allait désormais desservir les villes de Laval et de Longueuil. Pendant ce temps, pendant que l’entreprise continue son expansion en défiant les lois du Québec, le ministre Poëti affirme du bout des lèvres que le service est illégal », a déclaré Martine Ouellet.

    Plus tôt cette semaine, le porte-parole de l’entreprise disait que le nombre de courses UberX était en forte augmentation. Cet automne, durant les journées de manifestation des chauffeurs de taxi, UberX a même eu le culot d’offrir des rabais à ses membres. L’entreprise nargue littéralement le gouvernement du Québec, et le ministre Poëti se contente de regarder la parade.

    « J’ai demandé à plusieurs reprises au ministre Poëti de mettre fin aux opérations illégales d’UberX. J’ai même déposé un amendement en commission parlementaire pour augmenter les amendes imposées aux taxis illégaux, mais le ministre l’a rejeté. S’il est vraiment sérieux quand il dit vouloir s’attaquer à l’illégalité d’UberX, je lui offre toute ma collaboration pour adopter un projet de loi d’ici Noël. Cette loi pourrait prévoir des amendes beaucoup plus importantes, des saisies de véhicules prolongées, des points d’inaptitude, allant même jusqu’à la suspension des permis pour les récidivistes. Les honnêtes chauffeurs de taxi se battent tous les jours pour une paye parfois en deçà du salaire minimum. Ils doivent maintenant composer avec une concurrence illégale et déloyale de plus en plus féroce, car le gouvernement libéral se traîne les pieds », a conclu Martine Ouellet.

    Photo : chauffeurs et propriétaires de taxi de Longueuil

  • Le tuyau d’Énergie Est : la CAQ et le PLQ, incapables de rejeter le projet !

    Voici mon intervention de mercredi, juste avant le vote sur la motion suivante du Parti Québécois​, que le PLQ-CAQ n’a pas appuyée …

    « Que l’Assemblée nationale rappelle qu’elle a adopté une motion unanime exigeant notamment que le gouvernement du Québec assume sa compétence en environnement et renonce à déléguer ses évaluations environnementales à l’Office national de l’énergie;

    Qu’elle rappelle au gouvernement du Québec sa liste de sept conditions pour accepter ou non le projet Énergie Est de TransCanada;

    Qu’elle souligne que 87 % des Québécois désirent que le gouvernement du Québec ait le dernier mot pour autoriser ou non le projet d’exportation de pétrole des sables bitumineux;

    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement d’exercer ses compétences pleines et entières en matière d’environnement, et exige qu’il refuse le projet Énergie Est de TransCanada. »