• Stratégie maritime – En l’absence de plan économique crédible, le gouvernement Couillard sert du réchauffé

    Devoir-de-débattre

    Québec – La porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, de stratégie maritime, d’électrification des transports et de stratégie numérique, Martine Ouellet, constate que le gouvernement Couillard, en panne complète pour tout ce qui a trait à l’économie, s’empresse de servir du réchauffé aux Québécois, qui demeurent donc en attente du dépôt d’un véritable plan gouvernemental de développement économique.

    « Les sommes annoncées ce matin ont déjà été annoncées en grande pompe lors du dévoilement de la Stratégie maritime, au mois de juin dernier. À défaut d’avoir soulevé de l’intérêt à ce moment-là, le gouvernement tente de donner à son annonce un second tour de roue, en la répétant ce matin! », estime la députée.

    Le Parti Québécois rappelle que les comités locaux que le ministre veut former existent par ailleurs déjà à plusieurs endroits, comme à Sorel-Tracy, à Port-Cartier et à Bécancour. Heureusement, ces régions n’ont pas attendu le signal du ministre D’Amour pour se mobiliser!

    « Ressasser les mêmes investissements, annonce après annonce, ne remplace pas une véritable stratégie de développement économique pour nos régions et pour la vallée du Saint-Laurent. Il est désolant de constater qu’après deux ans de gouvernement libéral, le ministre D’Amour vient tout juste de s’apercevoir qu’il existe au moins 16 endroits au Québec ayant des besoins en investissements industrialo-portuaires », a conclu Martine Ouellet.

     

  • Audience publique sur les services d’Orléans Express en région – La CTQ se préoccupe davantage de la situation financière de l’entreprise que de l’accessibilité du transport en commun

    ImageProxy

    Québec – Le 12 février dernier, nous apprenions qu’une audience de la Commission des transports du Québec (CTQ) concernant la diminution des services d’Orléans Express en région se tiendrait à Québec le 14 mars prochain. Gaétan Lelièvre, porte-parole du Parti Québécois en matière de développement des régions, et Martine Ouellet, porte-parole en matière de transports, fustigent cette décision, qu’ils perçoivent comme un manque de respect flagrant envers les citoyens habitant les régions et utilisant les services d’autocar dont il est question.

    Gaétan Lelièvre déplore également que le mandat de la CTQ porte uniquement sur les impacts financiers qu’aura la réduction des services sur la compagnie Orléans Express, au détriment de ses incidences négatives sur la clientèle et le développement des régions. « Cela s’ajoute à une longue liste d’exemples démontrant l’absence de considération du gouvernement pour les régions », a-t-il déclaré.

    « Il s’agit d’un dossier majeur pour la mobilité des personnes et le maintien des services de transport collectif en région. Les gens sont mobilisés et prennent l’enjeu à cœur. Je peux citer en exemple le cas du comité bénévole Sauvetage Transport Percé qui, depuis un an, tente de se faire entendre par le ministère des Transports et la CTQ. Or, celle-ci lui demande maintenant de faire 1500 km pour assister à une audience le concernant directement », a quant à elle dénoncé Martine Ouellet.

    La diminution des services en région a été autorisée en octobre 2014 par la CTQ et est appliquée depuis janvier 2015. Outre cette réduction, certains trajets ont littéralement été abandonnés. Par exemple, les parcours Victoriaville–Thetford Mines, Grande-Rivière–Gaspé et Trois-Rivières–La Tuque ne sont plus offerts par Orléans Express.

    « Ce qu’on demande, c’est une tournée régionale de la Commission. En tenant son audience à Québec, la CTQ décourage ou empêche les citoyens concernés et mobilisés d’intervenir sur le sujet. C’est injuste et injustifiable », a aussi tenu à faire valoir Gaétan Lelièvre.

  • Les députés du Parti Québécois marchent aux côtés des organismes communautaires

    Manifestation TROC

    Québec, le 15 décembre 2015 – En compagnie de représentants d’organismes communautaires montréalais, le député de Rosemont et porte-parole du Parti Québécois en matière de services sociaux, de protection de la jeunesse, de soins à domicile et de prévention, Jean-François Lisée, et la députée de Vachon, Martine Ouellet, ont participé aujourd’hui à Montréal à la manifestation « La parade des vulnérables », initiée par la Table régionale des organismes communautaires de la Montérégie ainsi que celle du Centre‑du-Québec et de la Mauricie.

    « Nous joignons nos voix à celle du milieu communautaire pour dénoncer une fois de plus les mesures d’austérité libérales qui touchent particulièrement les plus vulnérables de nos concitoyens. Depuis l’arrivée de ce gouvernement, les médecins ont eu droit au retour de la prime Bolduc, à la facturation de frais accessoires, et même à des augmentations de rémunération de 148,5 millions de dollars, selon le récent rapport de la vérificatrice générale. Mais les organismes communautaires, eux, ont vu leur budget stagner et, en parallèle, le nombre de personnes victimes de l’austérité qui cognent à leur porte continue d’augmenter. Le gouvernement doit reconnaître leur apport et cesser de se décharger sur eux sans joindre les moyens nécessaires », a déclaré Jean-François Lisée.

    « Les organismes communautaires sont ceux qui soutiennent et qui accompagnent les personnes vulnérables sur le terrain. Ils sont confrontés au quotidien à tous les impacts qu’ont les compressions libérales, et il est surréaliste de leur demander de répondre à la demande croissante avec des budgets indexés d’à peine 1 %. En Montérégie comme à Montréal, en Mauricie et au Centre-du-Québec, les besoins sont criants et le gouvernement doit cesser ses mesures d’austérité. Nous marchons aux côtés des acteurs du milieu, aujourd’hui, pour que le financement des organismes communautaires soit rehaussé, comme les députés libéraux l’ont eux-mêmes réclamé en mai 2013 en votant unanimement en faveur d’une motion en ce sens. Le premier ministre doit enfin respecter sa parole et protéger les plus vulnérables, comme il s’y était engagé lors de son discours d’ouverture », a conclu Martine Ouellet.
  • Airbnb, Uber et compagnie : les effets bénéfiques et pervers de l’économie du « partage »

    La série de débats publics « Le Devoir de débattre » est organisée par Le Devoir et permet de faire écho aux sujets débattus dans la section Idées du quotidien. Échanges passionnants garantis!

     

    Cette nouvelle forme d’économie est-elle une innovation ou simplement une façon de contourner les règles?
    Avec :
    – Michelle Blanc, consultante en marketing internet
    – Guillaume Blum, Professeur adjoint à l’École de design de l’Université Laval
    – Ianik Marcil, économiste
    – Martine Ouellet, députée péquiste dans Vachon

    Animateur : Antoine Robitaille, éditorialiste du Devoir

    Le débat a eu lieu le 21 octobre 2015 à Québec et il est diffusé sur les ondes du Canal Savoir.

  • Davie : Le Canada bloque encore le Québec

    151013_sb2wg_asterix_sn635

    (Photo : ICI Radio-Canada)

    Québec, le 20 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, et le député de Verchères et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, déplorent la décision du gouvernement Trudeau de retarder l’attribution du contrat pour la conversion d’un porte‑conteneurs en un navire de ravitaillement militaire au chantier Davie.

    « Le gouvernement canadien retarde encore l’octroi du contrat pour le projet Resolve, un contrat de près de 700 M$ pour la Davie. Pendant ce temps, le gouvernement Couillard reste les bras croisés et prétend être le champion de l’industrie maritime. Au lieu de dépenser près de 300 000 $ de l’argent des Québécois pour faire de la publicité pour sa stratégie maritime, le gouvernement du PLQ devrait plutôt se concentrer sur le dossier de la Davie. Une autre preuve que tant que le Québec ne sera pas indépendant, une politique maritime efficace pour le Québec ne pourra voir le jour », a déclaré Martine Ouellet.

    « Les gouvernements changent, mais l’histoire se répète. Ottawa vient encore de mettre de côté le Québec dans l’octroi des contrats de la Marine royale canadienne. Rappelons que sous le gouvernement Harper, c’est 35 G$ en contrats qui sont allés dans le reste du Canada, sans qu’un seul dollar ne soit attribué au Québec. Quant au gouvernement Trudeau, il n’aura pas tardé à prendre une décision qui désavantage le Québec », a conclu Stéphane Bergeron.

  • Le PLQ coupe des emplois en économie sociale !

    75 travailleurs de Certex à Saint-Hubert, dont 20 lourdement handicapés, seront congédiés en raison des coupures du PLQ. Espérons que le gouvernement du PLQ annule sa coupure qui frappe les plus vulnérables … il est encore temps.

  • Le ministre Poëti se laisse narguer par UberX

    Taxi

    Montréal, le 13 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte-parole du Parti Québécois en matière de transports, Martine Ouellet, déplore que le service de taxi illégal UberX continue son expansion au Québec, et ce, sous le nez du ministre des Transports, Robert Poëti, qui refuse d’agir.

    « Depuis son arrivée au Québec, le service de transport illégal UberX ne cesse de croître. L’entreprise annonçait hier, en grande pompe, qu’elle allait désormais desservir les villes de Laval et de Longueuil. Pendant ce temps, pendant que l’entreprise continue son expansion en défiant les lois du Québec, le ministre Poëti affirme du bout des lèvres que le service est illégal », a déclaré Martine Ouellet.

    Plus tôt cette semaine, le porte-parole de l’entreprise disait que le nombre de courses UberX était en forte augmentation. Cet automne, durant les journées de manifestation des chauffeurs de taxi, UberX a même eu le culot d’offrir des rabais à ses membres. L’entreprise nargue littéralement le gouvernement du Québec, et le ministre Poëti se contente de regarder la parade.

    « J’ai demandé à plusieurs reprises au ministre Poëti de mettre fin aux opérations illégales d’UberX. J’ai même déposé un amendement en commission parlementaire pour augmenter les amendes imposées aux taxis illégaux, mais le ministre l’a rejeté. S’il est vraiment sérieux quand il dit vouloir s’attaquer à l’illégalité d’UberX, je lui offre toute ma collaboration pour adopter un projet de loi d’ici Noël. Cette loi pourrait prévoir des amendes beaucoup plus importantes, des saisies de véhicules prolongées, des points d’inaptitude, allant même jusqu’à la suspension des permis pour les récidivistes. Les honnêtes chauffeurs de taxi se battent tous les jours pour une paye parfois en deçà du salaire minimum. Ils doivent maintenant composer avec une concurrence illégale et déloyale de plus en plus féroce, car le gouvernement libéral se traîne les pieds », a conclu Martine Ouellet.

    Photo : chauffeurs et propriétaires de taxi de Longueuil

  • Chantier maritime Davie : Un contrat ferme doit être signé rapidement

    Québec, le 11 novembre 2015 – La députée de Vachon et porte parole du Parti Québécois en matière de stratégie maritime, Martine Ouellet, ainsi que le député de Verchères et porte-parole en matière de relations Québec-Canada, Stéphane Bergeron, demandent au gouvernement canadien de signer rapidement un contrat ferme avec le chantier naval Davie de Lévis pour que le projet Resolve, qui consiste à convertir le MS Asterix en un navire de ravitaillement de la Marine royale canadienne, puisse aller de l’avant.

    Rappelons que la veille du déclenchement de la campagne électorale fédérale, le gouvernement de Stephen Harper a annoncé la signature d’une lettre d’intention avec Chantier Davie Canada qui autorisait le début des travaux au mois d’août. Le chantier espérait la conclusion officielle d’une entente avant la fin du mois d’octobre, mais rien n’a bougé depuis.

    « À quoi bon une stratégie maritime si le plus gros donneur d’ouvrage, le Canada, boude nos chantiers navals et investit notre argent à l’extérieur du Québec? À quoi bon, si le gouvernement libéral du Québec est incapable de lui faire entendre raison? Pendant que les libéraux du Québec utilisent de l’argent public pour leurs campagnes de publicité et leur autopromotion, des milliers d’emplois, des contrats et des milliards de dollars nous glissent entre les doigts. Le projet Resolve ne représente que 300 M$… alors que les contrats canadiens pour les navires de 35 G$ ont été évalués par le vérificateur général canadien à 100 G$! », a insisté Martine Ouellet.

    « Devons-nous rappeler que sur les 35 G$ que le gouvernement fédéral a officiellement octroyés en contrats au cours des dernières années, absolument rien n’est allé au plus gros chantier naval du Canada? Pour couronner le tout, le gouvernement conservateur s’est littéralement foutu de nous en laissant planer la vague possibilité que Davie obtienne des contrats, uniquement dans le but d’avoir quelques votes de plus le jour du scrutin, mais sans donner la moindre garantie. Or, malgré ces belles promesses, nous en sommes toujours au même point. Le gouvernement libéral fédéral doit atténuer l’injustice dont le Québec est victime et signer rapidement le contrat du projet Resolve », a réclamé Stéphane Bergeron.

  • Le chemin de Chambly a maintenant 350 ans !

    DSC02402

    Ce qu’on appelait la route 1, a été le premier chemin entre deux villes au Québec et il a été construit par le régiment de Carignan-Salières.

    Petite anecdote : il comportait jusqu’en 1890 quatre postes de péage ! Comme quoi ces débats ne datent pas d’hier !

  • Le gouvernement libéral doit rassurer les agriculteurs de Vaudreuil

    Québec, le 5 novembre 2015 – Le porte-parole du Parti Québécois en matière d’agriculture, André Villeneuve, la porte-parole en matière de transports et de stratégie maritime, Martine Ouellet, et le député de Beauharnois, Guy Leclair, demandent au gouvernement d’écouter enfin les agriculteurs de la municipalité de Les Cèdres, qui doivent conjuguer avec la menace de se voir expropriés de leurs terres.
     
    « Le ministre de l’Agriculture, Pierre Paradis, doit mettre un terme à l’inquiétude et s’engager à ne pas toucher à ces terres agricoles. Ces possibles expropriations sont une menace non seulement pour les agriculteurs actuels, mais aussi pour la relève agricole. Parmi les terres visées par le projet, 90 % sont assurées d’avoir une relève », a affirmé André Villeneuve.
     
    La municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges a demandé au gouvernement du Québec de modifier par décret le zonage d’environ 500 hectares de terres agricoles, afin de créer un éventuel pôle logistique dans la municipalité de Les Cèdres. Si le gouvernement veut absolument voir naître le pôle logistique ou une partie du pôle logistique dans cette région, il n’a qu’à utiliser les endroits industriels, qui y sont appropriés et déjà disponibles.
     
    Martine Ouellet interpelle quant à elle le ministre délégué à la Stratégie maritime : « L’établissement d’un pôle logistique ne doit pas se faire au détriment des meilleures terres arables du Québec. Le site de Contrecœur présente des avantages indéniables pour le développement du secteur maritime québécois. Le gouvernement doit rassurer les agricultrices et les agriculteurs de Vaudreuil et leur dire qu’ils ne seront pas expropriés », a-t-elle indiqué.
     
    Pour sa part, Guy Leclair demande au gouvernement d’ouvrir le dialogue avec les citoyens : « Les agriculteurs ont tenté de rencontrer Lucie Charlebois, sans succès. Le gouvernement doit respecter les citoyennes et les citoyens de la région. Ils ont le droit d’être informés et écoutés. Si le gouvernement veut absolument aller de l’avant avec un pôle logistique dans cette région, qu’il utilise les terrains industriels qui sont déjà à sa disposition. Évitons de revivre l’épisode des expropriations de Mirabel », a conclu le député.