• Accueil des nouveaux arrivants : La société québécoise doit changer de paradigme

    ImageProxy

    « Parce que la construction du pays du Québec doit se faire avec  la contribution des nouveaux Québécois »
    – Martine Ouellet

    Saint-Hubert, le 17 juin 2016 – La candidate à la course à la direction du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, souhaite grandement améliorer les mesures d’accueil qu’offre le gouvernement du Québec aux nouveaux arrivants. Dès son élection à la tête du gouvernement, elle entreprendra une série de mesures visant à faciliter la participation des immigrants à la collectivité, telles que la reconnaissance des diplômes et la remise en place des Centres d’orientation et de formation des immigrants (COFI). De plus, un gouvernement Ouellet initiera un protocole d’accueil qui débutera avant même l’établissement des nouveaux arrivants en sol québécois.

    « S’assurer de la qualité du soutien que l’on offre aux nouveaux Québécois et ce, jusqu’à ce qu’ils soient pleinement établis, correspond à enrichir l’ensemble de la société Québécoise », a déclaré la candidate.

    En effet, Martine Ouellet propose que des moyens soient mis à la disposition des nouveaux Québécois avant leur aménagement au Québec. Elle soutient que des démarches comme le démarrage de l’enseignement du français ou l’apprentissage de l’histoire du Québec sont des vecteurs incontournables pour le développement du sentiment d’appartenance à notre société. Les différents bureaux et les délégations du Québec à l’international seront chargés de la responsabilité de l’accueil préalable. « Plus tôt ces ressources seront disponibles à l’intérieur du processus d’accueil, mieux les nouveaux arrivants seront outillés pour participer à l’élaboration du pays du Québec », a affirmé Madame Ouellet. Une fois arrivés à leur nouvelle terre d’adoption, les nouveaux Québécois auront accès aux ressources offertes par les COFI.

    Avant leur abolition en 2000, les COFI agissaient comme un élément d’accueil primordial, car ils étaient souvent le premier point de contact permettant aux nouveaux arrivants de se familiariser avec le français. Ils leur permettaient aussi de découvrir et de comprendre mieux la culture québécoise et ses particularités. Les participants aux COFI bénéficieront d’une allocation adaptée à leurs besoins pour la durée du programme. « Ce que je présente aujourd’hui aux Québécois, c’est une nouvelle façon de percevoir tout le dossier de l’accueil des nouveaux arrivants. Je crois qu’en tant que société, il faut cesser d’attribuer tout le fardeau aux individus et donner davantage de devoir à la société d’accueil. Comme le disait Gérald Godin : ”Nous devons former avec les communautés culturelles un monde nouveau, une société modèle, meilleure, libre, ouverte et accueillante.”