• Vers la gratuité scolaire avec Martine Ouellet

    martine-ouellet-assumer-notre-indépendance

    Montréal, le mardi 6 septembre 2016 – Martine Ouellet, candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, a annoncé qu’elle ira vers la gratuité scolaire de la maternelle à l’université pour enrichir tout le Québec. « La gratuité scolaire, ce n’est pas une dépense publique, c’est un investissement payant! À long terme, la mesure se finance d’elle-même puisqu’en moyenne, dans les pays qui l’ont instaurée, les citoyens vont plus longtemps à l’école, gagnent ensuite des salaires plus élevés et payent donc plus d’impôts. La gratuité scolaire, c’est du développement économique intelligent », a déclaré la candidate.

    La gratuité scolaire, c’est payant

    La question qu’il faut se poser, ce n’est pas si le Québec a les moyens de se payer la gratuité scolaire, mais plutôt est-ce que nous avons les moyens de nous en passer? « Avec le vieillissement de la population qui crée une rareté de la main-d’œuvre et la forte compétition internationale, le Québec doit mettre en place des politiques ambitieuses pour rivaliser avec les économies avancées », a ajouté Martine Ouellet. « Notre plus grande richesse, c’est notre matière grise et c’est pourquoi nous devons faire tomber les barrières qui nous empêchent d’atteindre notre plein potentiel, » a poursuivie la candidate.

    Pour le Québec, la gratuité scolaire, c’est environ 600 millions $ par année, c’est-à-dire 0,6 % du budget 2015-2016. Afin de financer cette politique structurante, la candidate s’engage à rétablir la taxe sur les banques et celle sur le capital en dormance qui ont été abolies par le gouvernement Charest. De plus, avec l’indépendance du Québec et le rapport d’impôt unique, c’est 600 millions $ que le Québec va économiser chaque année. À long terme, la mesure va s’autofinancer.

    Brillons parmi les meilleurs

    Comme chef du Parti Québécois, Martine Ouellet s’engage à mettre tout en œuvre pour faire briller le Québec parmi les meilleurs au monde. « Déjà, huit pays de l’OCDE dont la Suède, la Finlande et la Norvège ont instauré la gratuité scolaire et leurs économies brillent parmi les meilleures», a conclu Martine Ouellet.

  • Plan Ouellet 2018 : Pour la victoire des indépendantistes

    Québec, le jeudi 30 juin 2016 : Martine Ouellet, députée de Vachon et candidate à la direction du Parti Québécois, accompagnée de Maude-Amélie Verville, présidente du Parti Québécois de La Peltrie, Araceli Fraga, présidente du Parti Québécois de Louis-Hébert, de France Salvaille, militante aux OUI-Québec Capitale-Nationale, et de Philippe Lavoie, conseiller aux communications au CRJPQ Capitale-Nationale, a présenté aujourd’hui son plan d’action préélectoral 2016-2018 devant l’Assemblée nationale.

    Ça commence maintenant !
    Le Plan Ouellet 2018 se développe sur trois axes : mobiliser le Parti Québécois, soutenir la convergence des indépendantistes et consulter la population sur le projet de pays. En somme, c’est une série d’engagements constituant la route de la victoire des indépendantistes à l’élection d’octobre 2018. « Qu’on le veuille ou non, la prochaine campagne électorale portera sur l’indépendance du Québec. On doit se préparer. Avec ce plan, on sera prêt à livrer et à remporter une campagne qui portera sur l’indépendance, tant au niveau de la mobilisation que du contenu. Si nous aspirons à une victoire à la prochaine élection et si nous voulons réaliser l’indépendance du Québec, on doit commencer dès maintenant ! », a déclaré Martine Ouellet.

    « Nous avons tout un travail de mobilisation et de pédagogie à faire. Nous devons inspirer de nouveau la confiance et la fierté, tout en étant à l’écoute des préoccupations des gens. C’est exactement ça que le Plan Ouellet 2018 apporte », a ajouté la candidate.

    Se donner les moyens de nos ambitions
    Pour faire une mobilisation efficace, les indépendantistes doivent se donner les moyens de leurs ambitions. Le Parti Québécois de Martine Ouellet mettra donc des outils d’information à la disposition des militants, par exemple, les 50+1 réponses pour l’indépendance.
    « Il faut vulgariser ce que sera l’indépendance et ce que ça impliquera dans le quotidien des gens. Qu’est-ce qui va arriver avec la monnaie? Avec les pensions? Avec l’armée? Avec les frontières? Avec l’assurance-emploi? Qu’est-ce qu’on a à y gagner? L’objectif est de faire en sorte que tout soit compréhensible, dès le premier coup d’œil. Il faut parler à tout le monde, pas juste aux initiés. D’ailleurs, non seulement il sera produit en français, mais aussi en plusieurs autres langues ! », a affirmé la députée.

    La candidate s’engage aussi à soutenir solidement la convergence des indépendantistes en participant de façon proactive à la table des OUI-Québec. De plus, avec Martine Ouellet comme chef du Parti Québécois, le parti s’engagera dans un dialogue social avec l’ensemble de la population. Il consacrera les ressources nécessaires à l’organisation d’événements populaires et intégrera dans sa plateforme de 2018 les principaux consensus résultants de cette consultation.

    Renverser le fardeau de la preuve
    Sous la direction de Martine Ouellet, le Parti Québécois illustrera en quoi les décisions du fédéral nuisent aux Québécois. Les indépendantistes doivent absolument travailler ensemble, à tous les paliers, pour démontrer concrètement en quoi le système canadien contraint et limite le Québec. « En unissant nos voix, nous pourrons faire une critique sévère du gouvernement libéral, mais aussi des conséquences du régime canadien pour les Québécois ! », a déclaré la candidate.

    Un plan jusqu’à l’indépendance
    Martine Ouellet présentera prochainement son plan suivant la victoire électorale de 2018 pour convaincre une majorité de Québécois de réaliser l’indépendance du Québec à l’intérieur de ce mandat.

    Le document complet:

    Plan Ouellet 2018

  • Martine Ouellet dépose son bulletin de mise en candidature et entre officiellement dans la course à la direction du Parti Québécois

    « Que cette campagne soit celle de l’indépendance. Les Québécois sont prêts à former un pays. Il ne s’agit que de se faire confiance et d’emboîter le pas. Cette course, je la fais pour la gagner ! »
    – Martine Ouellet


    Montréal, le 23 juin 2016 – Martine Ouellet a déposé aujourd’hui, à la permanence du Parti Québécois, son bulletin de mise en candidature à la chefferie. La députée de Vachon a ainsi récolté plus de 2100 signatures d’appui à sa candidature de la part de militants de partout au Québec, en plus d’avoir recruté plus de 700 nouveaux membres, dont un grand nombre sont des Québécois d’adoption. Elle déposera également un premier chèque de 10 000 $. Cet événement donne donc officiellement le coup d’envoi de sa campagne.
    Deux nouveaux appuis se sont également ajoutés aujourd’hui à l’élan qu’apporte Martine Ouellet. Il s’agit de Robert Dean, qui a été Ministre du Revenu et Ministre délégué de l’Emploi et de la Concertation dans le cabinet de René Lévesque et de Vincent Lemay-Thivierge, qui est auteur-compositeur-interprète et ex-candidat de Québec Solidaire dans la circonscription de Saint-Jérôme à l’élection québécoise de 2012.

    Pour Robert Dean, « la capacité qu’a Martine Ouellet à demeurer fidèle à ses convictions malgré les tempêtes, jumelé à son expérience acquise dans la période où elle était ministre des Ressources naturelles, et lorsqu’elle était cadre à l’intérieur de notre grande société d’État qu’est Hydro-Québec, font d’elle, à mon avis, la leader dont le Québec a besoin pour aller vers son émancipation. » Quant à Vincent Lemay-Thivierge, « c’est sa volonté d’aller droit au but pour l’indépendance » qui l’a inspiré. « Martine, c’est une rassembleuse. Elle mobilise des gens de partout et de toutes les origines, tout en défendant l’option indépendantiste sans complexe. C’est précisément ce type d’approche qu’il nous faut pour le Québec », a déclaré le jeune militant. En effet, depuis quelques semaines, l’équipe Ouellet a déposé un grand nombre de nouveaux membres provenant de tous les continents et issus de tous les milieux.

    La course de Martine Ouellet est déjà pleinement déployée partout au Québec. Des militants de toutes les régions sont déjà à pied d’œuvre. « Cette campagne, je la fais pour la gagner et ce sera grâce au travail de toutes ces personnes convaincues et motivées que nous réussirons », a affirmé la candidate. « Le Parti Québécois doit impérativement garder le cap vers l’indépendance. Nous ne pouvons pas nous permettre de présenter aux électeurs québécois une formule qui met au rancart notre option indépendantiste ou qui cultive un flou. Pour gagner l’élection de 2018, notre parti doit rester uni et le ciment qui maintient le tout en place, c’est l’indépendance. En 2018, ce n’est pas le défaitisme qu’il faut cultiver, c’est la volonté d’aller dans la voie qui nous mènera à bâtir notre pays. Le thème choisi pour la course, Assumer notre indépendance, résume bien le cœur de ce que nous mettrons de l’avant », a-t-elle ajouté.

    Lors de cette course à la direction, l’équipe Ouellet compte proposer une démarche claire qui conduira le Parti Québécois à former le gouvernement, en plus d’une feuille de route qui comprendra les différentes étapes qui amèneront le Québec vers son projet de pays. « Je compte amener des idées claires sur les bases de ce que sera un Québec indépendant. Un Québec qui sera un chef de file dans l’économie mondiale, un Québec qui sera un précurseur en matière environnementale, un Québec où les forces du changement sont à l’œuvre, un Québec capable de grandes choses », a conclu la candidate.

  • Accueil des nouveaux arrivants : La société québécoise doit changer de paradigme

    ImageProxy

    « Parce que la construction du pays du Québec doit se faire avec  la contribution des nouveaux Québécois »
    – Martine Ouellet

    Saint-Hubert, le 17 juin 2016 – La candidate à la course à la direction du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, souhaite grandement améliorer les mesures d’accueil qu’offre le gouvernement du Québec aux nouveaux arrivants. Dès son élection à la tête du gouvernement, elle entreprendra une série de mesures visant à faciliter la participation des immigrants à la collectivité, telles que la reconnaissance des diplômes et la remise en place des Centres d’orientation et de formation des immigrants (COFI). De plus, un gouvernement Ouellet initiera un protocole d’accueil qui débutera avant même l’établissement des nouveaux arrivants en sol québécois.

    « S’assurer de la qualité du soutien que l’on offre aux nouveaux Québécois et ce, jusqu’à ce qu’ils soient pleinement établis, correspond à enrichir l’ensemble de la société Québécoise », a déclaré la candidate.

    En effet, Martine Ouellet propose que des moyens soient mis à la disposition des nouveaux Québécois avant leur aménagement au Québec. Elle soutient que des démarches comme le démarrage de l’enseignement du français ou l’apprentissage de l’histoire du Québec sont des vecteurs incontournables pour le développement du sentiment d’appartenance à notre société. Les différents bureaux et les délégations du Québec à l’international seront chargés de la responsabilité de l’accueil préalable. « Plus tôt ces ressources seront disponibles à l’intérieur du processus d’accueil, mieux les nouveaux arrivants seront outillés pour participer à l’élaboration du pays du Québec », a affirmé Madame Ouellet. Une fois arrivés à leur nouvelle terre d’adoption, les nouveaux Québécois auront accès aux ressources offertes par les COFI.

    Avant leur abolition en 2000, les COFI agissaient comme un élément d’accueil primordial, car ils étaient souvent le premier point de contact permettant aux nouveaux arrivants de se familiariser avec le français. Ils leur permettaient aussi de découvrir et de comprendre mieux la culture québécoise et ses particularités. Les participants aux COFI bénéficieront d’une allocation adaptée à leurs besoins pour la durée du programme. « Ce que je présente aujourd’hui aux Québécois, c’est une nouvelle façon de percevoir tout le dossier de l’accueil des nouveaux arrivants. Je crois qu’en tant que société, il faut cesser d’attribuer tout le fardeau aux individus et donner davantage de devoir à la société d’accueil. Comme le disait Gérald Godin : ”Nous devons former avec les communautés culturelles un monde nouveau, une société modèle, meilleure, libre, ouverte et accueillante.”

  • Martine Ouellet est la première à recueillir les 2 000 appuis de membres

    La députée de Vachon, Martine Ouellet, a annoncé ce vendredi matin qu’elle avait recueilli les 2 000 signatures requises pour se porter candidate à la chefferie du Parti Québécois.

    Martine Ouellet a parcouru les régions du Québec pour rencontrer et échanger avec les citoyens et membres du Parti Québécois durant les dernières semaines. Assemblées générales locales, consultations des membres, activités de signatures lors de 5 à 7, la députée a été présente sur le terrain pour proposer des idées et échanger avec les Québécoises et Québécois. Continuer à lire

  • Martine Ouellet: compétence et modernité

    Ce billet est cosigné par Jacques Fortin et Régis Parent (professeurs HEC Montréal) ainsi que par Robert LaTour, Jean-Marc Picard et Jean-Pierre Lefebvre (professeurs honoraires HEC Montréal).

    Nous sommes un groupe de personnes qui ont dédié leur carrière à l’enseignement universitaire de la gestion. Nous avons fait ce choix pour contribuer à préparer notre jeunesse à prendre sa place dans la société, à en influencer le devenir, et convaincus que le bien-être de nos collectivités dépend d’une économie vigoureuse alimentée par des gens d’affaires instruits, créatifs et entreprenants.

    Nous savons que ces jeunes, ainsi éduqués, produiront de bons bénéfices pour eux et pour leurs concitoyens. Nous savons aussi qu’ils devront le faire, plus que jamais, en optimisant les ressources planétaires et en protégeant les équilibres sociaux. Continuer à lire

  • Course à la chefferie du Parti Québécois – Martine Ouellet franchit une nouvelle étape

    La députée de Vachon Martine Ouellet est allée chercher cet après-midi le bulletin de mise en candidature pour la course à la direction du Parti québécois.

    « Le défi m’intéresse suffisamment pour sonder l’intérêt des membres de façon plus concrète, dans les différentes régions du Québec. Je souhaite que cette course à la chefferie donne lieu à une réflexion de fond, à des échanges francs sur le Québec que nous voulons et l’orientation que nous souhaitons donner à notre parti pour y arriver. Cette course est un moment privilégié pour apporter au parti ainsi qu’à l’ensemble du mouvement souverainiste l’oxygène nécessaire à l’émergence de nouvelles idées », estime Martine Ouellet. Continuer à lire

  • Nous encourageons Martine Ouellet à se présenter

    Cette lettre est cosignée par : Florent Michelot, membre fondateur d’Option nationale et ancien Directeur général; Manuel Foglia, réalisateur; Pierre Le Buis, membre fondateur du NMQ; Julien Levac Joubert, organisateur de Convergence nationale et de la Mission Faire lever le vent; Jocelyn Desjardins, président-fondateur du Nouveau mouvement pour le Québec (NMQ) et organisateur de la Convergence nationale; Jean Cloutier, chef sortant du Parti vert du Québec; Ariane Belva, ex-candidate d’Option nationale; Olivier Lacelle, ex-candidat d’Option nationale; Mathieu Déborbe, ex-secrétaire du Mouvement Québec Français – Capitale nationale; Annie Carrier, membre d’Option nationale; Rock Beaudet, militant CSN, cofondateur de Forces Jeunesse; André-Claude Potvin ; Carl Boileau, ex-membre du NMQ; Alexandre Genest; Martin Lachapelle, étudiant ; Geneviève Reed; Jean-François Robitaille, ex- membre du NMQ; François Grondin, étudiant; Patrick Lajeunesse; Étienne Béland; André Marcoux; Daniel Bergeron; Carl Bégin.

    Nous sommes des indépendantistes qui avons choisi, ces dernières années, de ne pas militer au Parti québécois afin de soutenir d’autres formations politiques ou de militer auprès d’organisations de la société civile. Certains d’entre nous ont d’ailleurs occupé au sein de ces organisations différents rôles et titres. À cet égard, au fil du temps, nous nous sommes épanouis en développant des compétences militantes originales et en affinant une vision décomplexée de l’indépendance, de notre avenir ainsi que de la société que nous souhaitons mettre à contribution. Continuer à lire