• Débat des candidats à la chefferie du Parti Québécois à Rimouski

    Débat des candidats à la chefferie du Parti Québécois à Rimouski

    Venez en grand nombre encourager Martine!

  • Martine Ouellet propose une révolution pour les régions

    Dépliant Martine Ouellet - Couverture

    Saint-Hubert, le vendredi 1 mai 2015 – La candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, s’engage à développer des régions fortes. Martine Ouellet est la candidate qui propose le plan le plus solide pour renforcer les régions du Québec, une véritable révolution.

    Rendez-vous pour l’avenir des régions

    Martine Ouellet propose d’organiser dans chaque région des « Rendez-vous pour l’avenir des régions  », afin de définir les orientations et les créneaux porteurs pour la création d’emplois et de PME. « Il s’agit d’un grand rassemblement avec l’ensemble des intervenants de la région, que ce soit les entrepreneurs, les universitaires, les syndicats, le gouvernement ou les organismes communautaires, c’est là que seront définis les axes de développement prioritaires pour chacune des régions », a déclaré la candidate. L’idée est de bien définir les créneaux d’excellence en fonction du potentiel de chaque territoire, des expertises disponibles et de la créativité des leaders régionaux.

    Fonds de diversification économique de un milliard $ pour les régions

    Les axes de développement des Rendez-vous serviront à orienter les nouveaux Fonds de diversification économique qui seront mis en place dans les régions. Le budget global des fonds sera de un milliard $ sur dix ans afin de créer 30 000 emplois et des retombées économiques totales de six milliards $. « Pour avoir des régions fortes, il est primordial de diversifier l’activité économique et ce sont les intervenants régionaux qui sont les mieux placés pour savoir où investir », a poursuivi la candidate. Les Fonds seront gérés par les acteurs locaux, en collaboration avec Investissement Québec, en s’inspirant du Fonds de diversification économique du Centre-du-Québec et de la Mauricie.

    Partager les redevances avec les régions ressources et augmenter la transformation

    Un gouvernement Ouellet s’engage également à redistribuer une partie des redevances sur les ressources naturelles avec les régions ressources et à augmenter la transformation au Québec dans le secteur de la forêt et des mines. « Grâce à la nouvelle loi sur les mines adoptée à l’unanimité, le gouvernement a maintenant le pouvoir d’exiger plus de transformation des minières. Comme chef du Parti Québécois, je vais travailler à augmenter la transformation du minerai au Québec puisqu’elle crée de trois à quatre fois plus d’emplois que la simple extraction », a ajouté l’ancienne ministre des Ressources naturelles du Québec.

    « Comme première ministre, je propose la Révolution tranquille des régions avec plus de pouvoirs économiques, plus d’information et une plus grande diversité d’emplois », a conclu Martine Ouellet en rappelant que les régions seront grandement gagnantes avec l’indépendance du Québec puisque la construction des derniers piliers manquants à notre pays sera faite dans un souci de développement régional, d’occupation du territoire et d’équilibre entre les grands centres urbains et les régions.

    Encore plus pour les régions : en cliquant sur ce lien, découvrez l’ensemble des propositions de Martine Ouellet pour les régions :

    • Diversifier l’économie des régions et augmenter les pouvoirs des leaders régionaux ;
    • Création de TQI : Télé-Québec Information ;
    • Renforcer l’expertise de l’État québécois ;
    • Augmenter l’achat québécois en agriculture.
  • Une révolution pour les régions – Toutes les propositions de Martine Ouellet pour les régions

    DSCN1157

    Comme chef du Parti Québécois et comme première ministre, je propose :

    Diversifier l’économie des régions et augmenter les pouvoirs des leaders régionaux

    • Tenir des « Rendez-vous pour l’avenir des régions » afin de définir les orientations et les créneaux porteurs pour la création d’emplois et de PME ;
    • Instaurer en région des « Fonds de diversification économique » gérés par le milieu en collaboration avec Investissement Québec. Investissements de un milliard $ sur dix ans entraînant la création de près de 30 000 emplois et des retombées économiques de six milliards $ ;
    • Partager les redevances sur les ressources naturelles avec les régions ressources et en confier la gestion aux acteurs locaux, en collaboration avec le gouvernement du Québec ;
    • Augmenter la transformation de notre minerai au Québec, qui créé de trois à quatre fois plus d’emplois que la simple extraction, afin de stimuler le secteur manufacturier ;
    • Bonifier la Charte du bois pour que la solution bois soit également analysée dans le domaine de la construction au Québec, notamment pour les ponts et les ponceaux ;
    • Une fois le Québec indépendant, octroyer plus de pouvoirs aux régions.

    Création de TQI : Télé-Québec Information

    • Instaurer à Télé-Québec un bulletin quotidien d’information régionale ouvert sur le monde alimenté par des bureaux régionaux. En complémentarité, mettre en place une plateforme web ;
    • Créer « TQI : Télé-Québec Information », réseau panquébécois d’information régionale en continu. L’information des régions pour toutes les régions ;
    • Afin d’être ouvert sur le monde, doter TQI d’une structure lui permettant de partager des contenus avec les services de médias étrangers ;
    • Lorsque le Québec va devenir indépendant, intégrer à Télé-Québec la portion québécoise du financement et de l’expertise de Radio-Canada.

    Renforcer l’expertise de l’État québécois en région

    • Créer la « Société québécoise des eaux (SQÉ) » à Shawinigan pour gérer un vaste programme d’infrastructures de désinfection des eaux avec pour objectif l’amélioration de la qualité des eaux rejetées. Cet investissement de un milliard $ sur 10 ans va permettre de développer une expertise publique tout en créant 10 000 emplois ;
    • Fonder « Hydro-Québec Éolien (HQÉ) » à Gaspé pour gérer les futurs projets d’énergie éolienne.

    Augmenter l’achat québécois en agriculture

    • Augmenter l’offre de produits régionaux dans les SAQ et à inciter les grandes bannières à laisser une plus grande flexibilité aux détaillants afin de favoriser les producteurs québécois ;
    • Continuer la stratégie instaurée par le Parti Québécois d’approvisionnement local pour les institutions publiques ;
    • Offrir un capital-patient à la relève agricole pour l’acquisition de terres et la reprise de fermes ;
    • Documenter le phénomène de la financiarisation des terres agricoles et en concertation avec le milieu, la contrer ;
    • Doter le Québec d’une stratégie de soutien à la production biologique afin de remplacer une partie des produits importés qui comprendrait notamment une aide spécifique à l’installation, une aide à la transition pour les agriculteurs qui opéraient auparavant en régie conventionnelle et une offre adaptée de produits de gestion des risques ;
    • Appuyer le système d’agriculture soutenue par la communauté, dans lequel les consommateurs sont alimentés directement par leurs fermiers de famille ;
    • Un Québec indépendant soutiendrait mieux l’agriculture québécoise. « Prenons l’exemple de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Le gouvernement fédéral a choisi de satisfaire les producteurs de bœuf de l’Ouest au détriment des producteurs de fromage du Québec. Ottawa a marchandé l’augmentation des quotas d’importation de bœuf contre un accès supplémentaire des fromages européens au marché canadien. Or, le Québec est le grand perdant, car nous produisons plus de 50 % des fromages au Canada – et plus de 60 % des fromages fins », a déclaré Martine Ouellet.
  • La présidente du PQ de Portneuf, Annie Morin, appuie Martine Ouellet

    article_large
    Annie Morin soutient que Martine Ouellet est la seule des candidats à avoir été claire et directe depuis le début de la course quant à ses intentions en matière de souveraineté, d’environnement et de développement économique.

    Martine Ouellet, députée de Vachon, promet notamment la tenue d’un référendum sur la souveraineté du Québec dès un premier mandat au pouvoir du PQ. «Il n’y a pas d’ambiguïté, elle a un plan et elle est la seule à ne pas avoir changé de discours», affirme Annie Morin.

    Découvrez la suite de l’article dans le Courrier de Portneuf.

  • Question à Robert Poëti sur le pont de l’autoroute 25 : un autre PPP libéral qui dérape

  • Pont de l’autoroute 25 – Un autre PPP libéral qui dérape

    Québec, le 30 avril 2015 – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Martine Ouellet, et le député de Terrebonne, Mathieu Traversy, ont dénoncé l’autorisation donnée par le ministre des Transports, Robert Poëti, pour que les tarifs du péage sur le pont de l’autoroute 25 soient augmentés de 26 % aux heures de pointe.

    « C’est aberrant d’accepter une hausse de 26 % pour les utilisateurs, alors que la compagnie dégage déjà des profits de plusieurs millions de dollars. Cette mesure sera doublement payante pour elle puisque, inévitablement, le trafic augmentera avec le temps; si on ajoute à cela la hausse des tarifs, la compagnie privée fera beaucoup plus d’argent, et ce, aux frais de la classe moyenne », a déclaré Martine Ouellet. Continuer à lire

  • Abolition de l’AMT – Le ministre Poëti contrevient à la loi sur la gouvernance et politise le transport collectif

    AMT

    Québec, le 29 avril 2015 – La députée de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de transports, Martine Ouellet, se questionne sur l’intention du ministre des Transports, Robert Poëti, d’abolir l’Agence métropolitaine de transport (AMT).

    En effet, l’AMT serait abolie pour être remplacée par deux nouvelles structures, soit l’Agence régionale des transports (ART) et le Réseau des transports métropolitains (RTM). Toutefois, la composition du conseil d’administration de l’ART contreviendrait à la Loi sur la gouvernance des sociétés d’État, qui exige que celui-ci soit formé aux deux tiers de membres indépendants.

    « La multiplication des structures proposée par le ministre Poëti contreviendrait à la loi et politiserait les décisions en transport collectif dans la région métropolitaine », a déclaré Martine Ouellet.

    Dans son rapport de l’automne 2013 sur la gouvernance de l’AMT, le Vérificateur général du Québec recommandait que soit augmenté le nombre de membres indépendants siégeant au conseil d’administration. Ce même rapport a été analysé, en novembre dernier, par la Commission de l’administration publique de l’Assemblée nationale. La première recommandation de son rapport reprenait celle du Vérificateur général.

    « Le ministre va à l’encontre d’une recommandation du Vérificateur général et d’une décision de la Commission de l’administration publique de novembre dernier, pourtant votée à la majorité par des élus libéraux. Pendant que Vancouver et Toronto dépolitisent au maximum leurs organismes de planification et de gestion du transport collectif, afin de laisser la place aux experts du domaine, le ministre libéral veut, quant à lui, politiser les décisions. Pire encore, le ministre n’est même pas capable de s’engager à ce que cette multiplication des structures n’occasionne pas d’augmentation de tarifs pour les utilisateurs », a conclu Martine Ouellet.

  • L’équipe Ouellet rassemble des Québécois de tous les horizons

    Après des professeurs des HEC, des membres d’Option nationale, de Québec solidaire, l’organisatrice de l’équipe Lisée et bien d’autres encore, Martine Ouellet peut maintenant compter sur quatre centrales syndicales, cinq présidents du Parti Québécois de la Capitale-Nationale ainsi
    que d’anciens membres de l’équipe Drainville.

    Chers membres, bien que plusieurs tentent de vous convaincre que la course est terminée, c’est loin d’être le cas! La décision finale appartient à vous et à personne d’autre. Avec mon équipe, nous continuons à vous offrir nos idées semaine après semaine et nous récoltons encore de nouveaux appuis!

    Le Parti Québécois doit redevenir le parti des travailleurs et de la classe moyenne

    Syndicats.JPG

    Vendredi dernier, accompagnée par quatre syndicats qui représentent 200 000 travailleurs, j’ai proposé des mesures pour améliorer les retraites des Québécois et nos conditions de travail. Je propose de doubler le Régime des rentes du Québec, d’appliquer les mesures sur la prévention en matière de santé et sécurité à tous les milieux de travail, d’interdire les clauses orphelins pour les régimes de retraite et les avantages sociaux, de moderniser la loi anti-briseur de grève et de doter le Quebec d’une politique de l’aérospatiale.

    Communiqué : http://wp.me/p5pjoE-hv

    Martine Ouellet est première chez les présidents de la Capitale-Nationale

    Je suis heureuse de pouvoir compter sur cinq des présidents du Parti Québécois de la Capitale-Nationale! Comme moi, ils considèrent que le Parti Québécois doit se recentrer sur l’indépendance et la social-démocratie verte.

    5présidents

    « Au début de la course, je voyais Pierre-Karl Péladeau comme celui qui pourrait le mieux convaincre les Québécois par rapport à la souveraineté sur l’argument économique, le plus utilisé par les détracteurs. Après six mois de course, je considère que c’est plutôt Martine Ouellet qui a démontré qu’elle est la plus apte à réaliser l’indépendance du Québec par sa clarté et sa transparence sur la souveraineté, sa capacité à rassembler des souverainistes de l’extérieur du parti, parce que c’est la candidate qui connaît le mieux l’économie du Québec et finalement par son pragmatisme, elle saura convaincre les Québécois en démontrant concrètement ce que l’indépendance va apporter. Je vous invite à considérer sa candidature. Ne vous fiez pas aux sondages, il y a encore beaucoup d’indécis. »
    − Maude-Amélie Verville, présidente de La Peltrie

    Communiqué : http://wp.me/p5pjoE-hd

    Martine Ouellet rassemble des membres de l’équipe Drainville

    dépot2

    « Martine représente bien ces valeurs de social-démocratie verte qui sont les miennes. Elle a toutes les caractéristiques d’une leader. Elle est la seule femme à s’être présentée à la course à la chefferie et j’appuie totalement ses idées au niveau des travailleurs, de la retraite, des jeunes, de l’environnement, et surtout de son plan pour l’indépendance. »
    − Kathleen Nadeau-Richard, présidente régionale jeune pour la Montérégie
    Article du Devoir

    Tous ensemble, réalisons la deuxième Révolution tranquille, la Révolution tranquille verte avec l’indépendance du Québec!

    Martine Ouellet

    Vous aimez ce que je vous propose? Nous avons besoin de votre financement pour gagner : http://wp.me/P5pjoE-1b

  • Martine Ouellet veut augmenter l’achat québécois en agriculture – Point de presse

  • Martine Ouellet veut augmenter l’achat québécois en agriculture

    DSCN1157

    Québec, le mardi 28 avril 2015 – La candidate à la chefferie du Parti Québécois et députée de Vachon, Martine Ouellet, a présenté ses propositions en agriculture afin d’en assurer la pérennité, la propriété et la prospérité. « Quand on réalise que la proportion des aliments québécois, consommés par les Québécois, a diminué de 78 % à 33 % entre 1985 et 2009, soit on laisse le marché faire et la situation s’empire, soit on agit. J’ai décidé d’agir et comme chef du Parti Québécois, je m’engage à faire augmenter l’offre de produits régionaux dans les SAQ et à inciter les grandes bannières à laisser une plus grande flexibilité aux détaillants afin de favoriser les producteurs québécois », a fait valoir la candidate à la chefferie du Parti Québécois accompagnée par l’ancien député de Saint-Hyacinthe, Émilien Pelletier et Bob Lemay, producteur agricole de Saint-Pierre-les-Becquets. De plus, Martine Ouellet s’engage à continuer la stratégie instaurée par le Parti Québécois d’approvisionnement local pour les institutions publiques.

    Au cours du dernier mandat du Parti Québécois, l’aide financière à la relève a été bonifiée et Martine Ouellet compte poursuivre ce travail d’appui aux aspirants agriculteurs en offrant un capital-patient pour l’acquisition de terres et la reprise de fermes. La candidate compte également régler un dossier intimement lié à la relève agricole, celui de la financiarisation des terres agricoles. « Au Québec, on ne veut pas devenir un peuple de locataires, on veut être des propriétaires. Il ne faut surtout pas que nos terres arables deviennent un outil de spéculation. C’est pourquoi je compte documenter le phénomène de la financiarisation des terres agricoles et en concertation avec le milieu, la contrer », a déclaré la candidate.

    Le secteur biologique québécois doit nécessairement croître puisque la production actuelle ne suffit pas à satisfaire la demande et on estime que 70 à 75 % des produits biologiques consommés ici sont importés. Martine Ouellet propose que le Québec se dote d’une stratégie de soutien à la production biologique afin de remplacer une partie des produits importés qui comprendrait notamment une aide spécifique à l’installation, une aide à la transition pour les agriculteurs qui opéraient auparavant en régie conventionnelle et une offre adaptée de produits de gestion des risques.

    « Les circuits courts sont synonymes d’augmentation des marges de profit, de valorisation du métier et de contact convivial avec la clientèle. Au un niveau régional, les circuits courts encouragent le maintien et le développement de fermes familiales diversifiées », a déclaré la candidate à la chefferie qui s’engage à appuyer le système d’agriculture soutenue par la communauté, dans lequel les consommateurs sont alimentés directement par leurs fermiers de famille.

    Martine Ouellet a rappelé l’urgence que le Québec devienne indépendant afin qu’il soit en mesure de signer ses propres accords commerciaux à l’international. « Prenons l’exemple de l’Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne. Le gouvernement fédéral a choisi de satisfaire les producteurs de bœuf de l’Ouest au détriment des producteurs de fromage du Québec. Ottawa a marchandé l’augmentation des quotas d’importation de bœuf contre un accès supplémentaire des fromages européens au marché canadien. Or, le Québec est le grand perdant, car nous produisons plus de 50 % des fromages au Canada – et plus de 60 % des fromages fins! », a ajouté la candidate à la chefferie.