• Martine Ouellet demande, au nom de 9751 citoyens, de mettre fin au bilinguisme institutionnel

    QUÉBEC, le 11 juin 2018 – La députée à l’Assemblée nationale,  Martine Ouellet, a présenté une pétition de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal qu’elle a marrainée, signée par 9751 citoyens et appuyée par Partenaires pour un Québec français. La pétition, lancée le 13 février dernier,  demande au gouvernement du Québec  de mettre fin au bilinguisme institutionnel en mettant en vigueur  l’article 1 de la Loi 104, seule disposition encore non effective de cette loi, afin que les communications écrites avec les personnes morales établies au Québec  se fassent uniquement dans la langue officielle, soit en français. Le président de l’Assemblée nationale a refusé le dépôt. La pétition a donc été déposée directement  auprès de la ministre de la Culture et des Communications.

    Questionnée à ce sujet, la ministre a prétendu qu’il y avait des raisons qui justifiaient la non-application de l’article 1, sans en invoquer une seule.  Elle a ensuite tenté confusément de faire une distinction entre les termes «uniquement » et «exclusivement», sans vraiment expliquer pourquoi là non plus.

    « La ministre nous a donné l’exemple de correspondances avec des pays étrangers, mais ce n’est pas ce qui vise cet article. On parle ici de correspondances échangées entre le gouvernement du Québec et des corporations qui sont établies au Québec, a expliqué Martine Ouellet.  Le bilinguisme institutionnel  qui est pratiqué par les autorités publiques constitue une réelle menace à notre langue et le gouvernement refuse d’agir, malgré les demandes formelles faites notamment par la Société Saint-Jean-Baptiste et par Partenaires pour un Québec français», a déploré Martine Ouellet.

    Rappelons que la Loi modifiant la Charte de la langue française (loi 104) fut adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 12 juin 2002, que le Parlement a chargé le gouvernement du Québec de fixer la date d’entrée en vigueur de ces dispositions, ce qui après 15 ans, n’a toujours pas été effectué, laissant ainsi cours à des pratiques qui contribuent, au sein même de nos institutions publiques, à l’anglicisation progressive de la société québécoise ainsi qu’à l’échec de la francisation des milieux de travail.

    «Ce n’est pourtant pas compliqué, il me semble! Il n’y a strictement aucune raison pour que le gouvernement refuse de mettre en vigueur cet article. Dans son obstination injustifiée, le gouvernement de Philippe Couillard met en péril la pérennité du statut de langue officielle du français au Québec », a conclu Martine Ouellet.

  • 2e refus du PLQ pour soutenir les journalistes

    Québec, le 13 juin 2018 – La députée à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, a déposé aujourd’hui, pour une deuxième fois, une motion visant un soutien financier public équitable pour les journalistes et pour une 2e fois, le PLQ a refusé la motion.
    «C’est quand même incroyable qu’après s’être gargarisé de l’importance de soutenir les médias avec le projet de loi 400, le PLQ refuse pour une 2e fois une mesure équitable et universelle pour les journalistes. Il semble préférer le projet de loi 400 qu’il veut nous passer à toute vapeur et qui favorise qu’une seule entreprise, Power Corp. », a déclaré Martine Ouellet.
    Le projet de loi 400 est la première étape de la stratégie de Power Corporation pour ensuite aller chercher l’argent des contribuables via une mesure du budget canadien de Justin Trudeau, le crédit d’impôt pour don de charité. Donc, M. Desmarais veut créer un OSBL issu de la riche Power Corp., tout en gardant un contrôle direct par la nomination des administrateurs, et indirect par le maintien de la ligne éditoriale. OSBL qui sera la seule structure corporative ayant droit au crédit pour don de charité. Une stratégie très ingénieuse qui favorise Power Corporation au détriment des autres modèles d’affaires. Cela s’appelle du favoritisme ou encore, de la concurrence déloyale.
    PL 400 : Rien sur une transformation en OSBL,
    Toutefois, le projet de loi 400 ne fait aucune mention d’un OSBL. Il se limite à enlever toutes contraintes à son propriétaire, Power Corporation. Cela donne toute liberté à Power Corporation de faire ce qu’il veut, incluant vendre à l’étranger. C’est donc que la stratégie ingénieuse présentée par Power Corporation pourrait, pour n’importe quelle raison, changer du jour au lendemain et se transformer en stratégie de vente au plus gros acheteur, incluant un acheteur étranger.
    Voici la motion présentée par Martine Ouellet :
    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de mettre en place un crédit d’impôt sur la masse salariale des journalistes afin d’apporter son soutien au maintien de la diversité d’accès à l’information avec une mesure accessible et équitable pour toutes les structures d’entreprises.

  • Discours de Martine Ouellet du 4 juin 2018

    Trouvez en lien le texte du discours prononcé le 4 juin 2018 par Martine Ouellet lors de la conférence de presse en réaction aux résultats de la consultation référendaire 2018.

    Discours de Martine le 4 juin 2018

  • Oui je le veux

    Télécharger: Oui je le veux

    PRÉFACE

    Nous avons tout ce qu’il faut pour devenir le 194 pays de l’ONU. Nous avons un territoire immense, 5 fois celui de l’Allemagne. Nous avons un développement économique enviable, 37 888 $US de PIB par habitant, non loin de la France et du Royaume-Uni. Nous avons une qualité de vie parmi les meilleurs au monde. Nous avons l’expertise, la capacité, la connaissance pour mieux gérer nos affaires que ne le fait le Canada. Qu’est-ce qu’on attend?

    Je crois que de continuer à attendre, ce n’est pas faire du sur-place, mais c’est bien pire, c’est de reculer. Qu’est-ce qui nous retient de choisir notre liberté? Je crois qu’une partie de la réponse vient de la peur.La peur de l’inconnu. Quelles seront les frontières? Quelle sera la monnaie? Est-ce qu’il y aura une armée? Cette publication ne prétend pas répondre à toutes les questions à propos de l’indépendance du Québec, mais vous y trouverez des réponses claires à des questions récurrentes.

    J’aimerais remercier les auteurs des différentes questions-réponses : Denis Monière, André Binette, Gilbert Paquette, Xavier Barsalou-Duval, et Marilène Gill, qui ont contribué à titre individuel et personnel à cet ouvrage. Ce recueil est une façon de contribuer à l’effort pédagogique absolument nécessaire. J’espère qu’il vous permettra de discuter, de convaincre, d’additionner!

    Se dire collectivement, oui je le veux, c’est le début d’une grande aventure. Celle de la liberté d’un peuple. Celle où nous deviendrons tous, que nous soyons ici depuis, 700 ans, 70 ans ou 7 ans, les fondateurs et fondatrices de ce nouveau pays de la République du Québec.

    Martine Ouellet

  • Martine Ouellet appuie une résolution unanime de la Communauté métropolitaine de Montréal

    Martine Ouellet, députée à l’Assemblée nationale et chef du Bloc Québécois, a présenté une motion demandant à l’Assemblée nationale de se joindre à son appui à la résolution adoptée à l’unanimité par les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) qui s’oppose au projet du dépotoir Chalk River. Le gouvernement a refusé de débattre de la motion.

    « Très décevant de constater que le gouvernement de Philippe Couillard, par l’entremise de sa ministre de l’Environnement, a refusé de donner son appui à la résolution unanime de la CMM », a affirmé Martine Ouellet. J’ai questionné la ministre et tout ce qu’elle trouve à répondre, c’est qu’elle pose des questions. Ce n’est plus le temps de poser des questions et d’être complaisant, il faut s’opposer à ce projet dangereux! », a affirmé Martine Ouellet. « Nous avons déjà toute l’information nécessaire pour conclure que les dangers de contamination radioactive de l’eau potable sont réels.»

    Rappelons que Martine Ouellet a effectué une  tournée de consultation citoyenne au sujet du  dépotoir Chalk River en août 2017. « À cette occasion, j’ai rencontré le maire de Gatineau, le maire de Laval, l’ex-maire de Montréal, et nous avons discuté des diverses possibilités d’actions pour contrer le projet, un peu comme dans le cas d’Énergie Est. Je suis contente de voir que les discussions ont porté fruits. Tout le monde – autochtones, municipalités, regroupements de citoyens et groupes environnementaux -s’entend sur le danger réel de contamination de l’eau potable par des déchets radioactifs.  Il est inacceptable de mettre ainsi en danger la santé de nos gens », a fait valoir Martine Ouellet.

    Voici le texte de la motion :

    Que l’Assemblée nationale appuie la résolution adoptée à l’unanimité par les 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal, en soutien à la ville de Gatineau, le 26 avril 2018 qui se lit comme suit:  «Il est résolu d’informer  la Commission canadienne de sûreté nucléaire que la Communauté métropolitaine de Montréal s’oppose à l’aménagement du dépotoir nucléaire de Chalk River à proximité de la rivière des Outaouais compte tenu qu’une telle installation est susceptible de menacer la source d’approvisionnement en eau potable d’une importante proportion des citoyens du Grand Montréal.»

  • Martine Ouellet dépose son projet de loi sur l’utilisation des textiles recyclés dans le rembourrage

    La députée à l’Assemblée nationale Martine Ouellet a déposé aujourd’hui un projet de loi (no 1095) permettant l’utilisation de textiles recyclés pour le rembourrage, modifiant ainsi l’actuelle loi qui date des années 50. Le dépôt s’est fait en présence de Stéphane Guérard, directeur général de Certex, une compagnie d’économie sociale qui valorise les textiles et intègre des personnes handicapées en emploi.

    « Un projet de loi tout simple qui aura un impact important, tant du côté de l’environnement que de celui de la création d’emploi» , a expliqué Martine Ouellet. « J’ai été la première étonnée d’apprendre que le Québec était encore aujourd’hui, un des seuls endroits au monde où on ne pouvait pas utiliser des fibres textiles recyclées pour le rembourrage! Imaginez tout ce gaspillage et ces coûts environnementaux! Quand on pense qu’un kilo de polyester nécessite un kilo et demi de pétrole pour le produire, il est inacceptable que le tout finisse dans un site d’enfouissement! »

    Stéphane Guérard s’est quant à lui réjoui de voir cet obstacle à la création d’une filière de recyclage des textiles être sur le point de disparaître : « Chaque année, ce sont 200 000 tonnes de fibres textiles qui s’en vont dans les sites d’enfouissement, dont une forte majorité vont mettre jusqu’à 400 ans à se décomposer. Il s’agit de la filière la plus polluante au monde puisqu’environ 75 % des contenus de fibres sont synthétiques. L’utilisation des fibres recyclées pourrait trouver un débouché intéressant dans le rembourrage. »

    Il est donc important d’agir afin de donner au Québec les moyens d’agir efficacement en matière de recyclage des fibres textiles. Martine Ouellet entend poursuivre la discussion avec la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et responsable de la Loi sur le rembourrage, Dominique Anglade à ce sujet. «Elle a manifesté son ouverture à étudier et adopter le projet de loi avant le déclenchement de l’élection. Elle peut compter sur toute ma collaboration. C’est un projet relativement simple à adopter, mais qui aura un impact important sur l’environnement et le développement économique de toute une industrie», a conclu la députée.

  • Trans Mountain : l’intérêt de la planète passe avant l’intérêt de l’Alberta

    Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois, ainsi que Marilène Gill, députée de Manicouagan, exigent du gouvernement canadien, dans l’intérêt supérieur de la planète et en solidarité avec le gouvernement de Colombie-Britannique, qu’il respecte sa signature de l’accord de Paris en mettant fin au projet Trans Mountain.

    « Dans le conflit qui oppose la Colombie Britannique et l’Alberta, le gouvernement Trudeau a, semble-t-il, choisi son camp, sans cohérence avec sa signature de l’accord de Paris sur le climat. Selon lui, les intérêts économiques des provinces pétrolières doivent primer, quitte à sortir l’arsenal constitutionnel canadien », affirme Martine Ouellet.

    Le nouvel oléoduc augmenterait la quantité de pétrole brut transporté de 300 000 barils par jour, à 890 000 barils par jour. Ce projet permettrait une expansion considérable de l’extraction des sables bitumineux, ajoutant des millions de tonnes d’émissions de gaz à effet de serre à un moment où nous avons désespérément besoin de les réduire. Selon Greenpeace, le projet de Kinder Morgan aurait les mêmes impacts climatiques que 2,7 millions de voitures par an[1]. La construction de nouvelles capacités de transport et d’exportation du pétrole canadien vise à doubler en 15 ans la production du pétrole des sables bitumineux, le plus polluant de la planète.

    À la lumière de ces considérations, le Bloc québécois appuie le gouvernement de Colombie-Britannique et célèbre la mobilisation de sa population visant à bloquer l’expansion des activités pétrolières. « Cet objectif de l’industrie pétrolière va à l’encontre de la nécessaire évolution internationale entreprise vers les énergies renouvelables », rappelle Marilène Gill.

    Les citoyennes et les citoyens du Québec seront affectés comme les autres par les effets néfastes de Trans Mountain sur le climat. « Alors que toutes les ressources financières canadiennes devraient être affectées à réduire notre dépendance au pétrole, les Québécoises et Québécois continuent à financer, par notre 50 milliards envoyé à Ottawa, les intérêts de l’industrie pétrolière. Ce projet de pipeline s’inscrit à l’encontre des intérêts du Québec, qui gagnerait à devenir indépendant afin de se donner tous les moyens de réaliser un véritable virage vert », conclut Martine Ouellet.

  • REM : Le Bloc Québécois demande à Trudeau de ne rien débourser avant octobre 2018

    La chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet et le chef parlementaire du Bloc Québécois, Xavier Barsalou-Duval, demandent au gouvernement Trudeau de retenir toute sortie de fonds liée au projet du Réseau Express métropolitain (REM). Selon le Bloc Québécois, Ottawa devrait attendre les résultats de l’élection québécoise du 1er octobre 2018 pour ensuite réévaluer son engagement dans le projet.

    « Le premier octobre, on ne sait pas qui sera au pouvoir à Québec et on a déjà au moins un parti qui a annoncé son intention d’abandonner le projet si jamais il est élu. C’est un projet controversé qui est loin de faire consensus au Québec. Je crois qu’il est indispensable de patienter quelques mois et de voir quel parti sera porté au pouvoir cet automne avant d’engager de façon définitive des sommes colossales qui pourraient être utilisées autrement, » explique Xavier Barsalou-Duval.

    Selon le montage financier actuel, la participation d’Ottawa au Réseau électrique métropolitain de la Caisse de dépôt et placement du Québec serait de 1,3 G$ sur un total de 7,4 G$ pour l’ensemble du projet.
    Pour le Bloc Québécois, si Ottawa décidait d’aller de l’avant, il s’immiscerait dans la campagne électorale québécoise: « Le gouvernement Trudeau ne devrait pas entraver le processus démocratique en prenant parti dans le débat. Le choix quant au projet de développement collectif à privilégier doit appartenir aux Québécois. Ottawa n’a pas à lui imposer ses vues, » renchérit Martine Ouellet.

    Rappelons que le projet a fait l’objet de nombreuses critiques au Québec au cours des derniers mois dont :

    •  Une privatisation a porte d’en arrière des services de transport en commun dans la région de Montréal;
    •  Le manque de transparence quant aux données financières;
    • Des zones d’exclusivité qui pourraient nuire au développement du transport collectif à moyen et long terme;
    • Un remplacement de services existants qui viendrait hausser la facture comme les délais de transport des utilisateurs actuels;
    • La coupure de service sur la ligne de train de banlieue Deux-Montagnes et le train de l’Est qui se voit privé de son accès au centre-ville;
    • L’objectif de viser le plus grand profit possible et non une desserte optimale pour les citoyens;
    • L’accaparement d’actifs collectifs comme le Tunnel du mont Royal pour un projet privé qui pourrait être revendu à terme;
    • Un constat accablant de la part du Bureau d’audience publique en environnement (BAPE);
    • Les municipalités qui devront débourser par le biais de l’ARTM une quote-part annuelle importante sur le projet;
    • Les sommes importantes consacrées à l’ouest de la CMM pourraient priver le reste de la région métropolitaine d’investissements structurants.

    « Je comprends la population d’être inquiétée par les sommes englouties par le REM. 7,4 G$ pour une diminution de seulement 0,12% des automobiles sur les routes du grand Montréal, c’est cher payé. Je suis persuadé que d’autres alternatives prometteuses, comme celle du ʺGrand déblocageʺ mise de l’avant par le Parti Québécois, méritent qu’on s’y attarde avant d’en arriver à un point ou ces sommes deviennent irrécupérables » affirme Xavier Barsalou Duval.

    En terminant, la chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet tient à réitérer que : « Présentement, même si Québec et Ottawa choisissent officiellement conjointement les projets d’infrastructures à financer avec les fonds fédéraux qui sont financés par les taxes et impôts des contribuables québécois, c’est quand même toujours Ottawa qui a le dernier mot. En attendant l’indépendance, le Bloc Québécois réclame que la part québécoise des sommes canadiennes budgétées pour les infrastructures soit transférée en bloc au Québec pour que les Québécois puissent décider eux même où ils veulent investir leur argent. »

  • Martine Ouellet déposera un projet de loi pour valoriser l’utilisation des fibres recyclées dans le rembourrage

    La députée à l’Assemblée nationale, et chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet a annoncé, hier, qu’elle entend déposer un projet de loi permettant l’utilisation de textiles recyclés pour le rembourrage, modifiant ainsi l’actuelle loi. Présentement, le Québec est un des seuls endroits où cet usage est interdit par une loi qui date des années 50.

    «Autant pour des raisons économiques qu’environnementales, il est plus que temps qu’on modernise la Loi sur le rembourrage afin de donner une deuxième vie aux vêtements trop usés pour être portés, mais qui peuvent toutefois être valorisés par le déchiquetage et servir de matériau de rembourrage pour des coussins et autres objets rembourrés», a expliqué Martine Ouellet.

    Lors de la période de questions, Martine Ouellet a questionné la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et responsable de la Loi sur le rembourrage, Dominique Anglade au sujet de la possibilité de réviser rapidement cette loi.

    «J’ai été très heureuse de constater l’ouverture de la ministre Anglade à modifier la loi sur le rembourrage. Elle est même ouverte à l’idée de procéder aux modifications nécessaires avant le déclenchement des élections», s’est réjouie la députée.

    Madame Ouellet cite en exemple l’entreprise Certex, à Saint-Hubert. Chaque année, ils récoltent 6 000 tonnes de matières textiles soit l’équivalent de 367 camions de 16 mètres qui, autrement, seraient destinées aux sites d’enfouissement. Malgré tous les efforts d’entreprises telles que Certex, 30 % des fibres recyclables se retrouvent dans les décharges. Une des avenues privilégiée dans le recyclage des fibres textiles est le rembourrage

    «Dans un objectif d’atteinte d’une économie circulaire, l’usage des fibres recyclées permettrait, dans des secteurs de haute valeur économique, permettrait aux vêtements trop usés pour être portés ou offert en friperie, d’être valorisés par le déchiquètement afin de service de matériau de rembourrage», a poursuivi Martine Ouellet. « Je déposerai le projet de loi le 19 avril et j’ai offert ma collaboration à la ministre afin que nous puissions poser un geste concret pour créer des emplois tout en protégeant l’environnement.»

  • Martine Ouellet fait adopter une motion unanime à l’Assemblée nationale pour la libération de Raïf Badawi

    La députée à l’Assemblée nationale et chef du Bloc Québécois,  Martine Ouellet,  a déposé aujourd’hui une motion afin que l’Assemblée nationale demande au  gouvernement canadien de continuer à faire pression sur les autorités du Royaume d’Arabie saoudite afin d’obtenir la libération de M. Raif Badawi et sa réunification avec sa famille. La motion a été adoptée unanimement.

    « Récemment, on apprenait que M. Badawi figurerait sur la liste de pardon de l’Arabie saoudite. C’est le moment pour Justin Trudeau de passer de la parole aux actes : donner la citoyenneté canadienne à M. Badawi et le ramener ici. Les voix se font entendre de toutes  parts pour que le premier ministre agisse. Le Québec, comme province, est limité et ne peut rien faire de plus! Tant que le Québec  sera une province à l’intérieur du Canada, c’est au Canada d’agir» a lancé Martine Ouellet.

    Voici la motion présentée par Martine Ouellet :

    Que l’Assemblée nationale rappelle que le prisonnier politique Raif Badawi est emprisonné depuis juin 2012, suite à une condamnation à 10 ans de détention, à 1000 coups de fouet et à une amende, qu’il a reçu 50 coups de fouet;

    Qu’elle rappelle que le Gouvernement du Québec a tout fait ce qui était en son pouvoir pour aider Raif Badawi : en juin 2015, un certificat de sélection du Québec pour motif humanitaire a été émis au nom de Raïf Badawi et qu’elle a adopté, en février 2015 et en octobre 2016, une motion unanime demandant entres autres «aux gouvernements du Québec et du Canada de faire tout en leur pouvoir pour obtenir la libération de R. Badawi et lui permettre de rejoindre sa famille»;

    Que l’Assemblée nationale demande au Gouvernement du Canada de continuer à faire pression sur les autorités du Royaume d’Arabie saoudite afin d’obtenir la libération de M. Raif Badawi et sa réunification avec sa famille.

    «La balle est dans le camp du Canada depuis le début. En mai 2015, Justin Trudeau, alors chef du parti libéral du Canada, interpellait directement le premier ministre Harper sur Twitter au sujet de M. Badawi. Il réclamait une action immédiate du prisonnier politique, en signant son message de #LibérezRaïf. En décembre 2015, une fois élu premier ministre, il réitérait sa ‘’volonté indéfectible’’ de régler le cas de Raif Badawi. Près de trois ans plus tard, il n’a rien fait de concret et Raïf Badawi est toujours emprisonné loin de son épouse et de ses trois enfants. Pire encore, l’ex-ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion a refusé d’accorder la citoyenneté à Badawi en prétextant que ça n’aiderait pas à le faire libérer. C’est la responsabilité du gouvernement canadien de le ramener en vie auprès de sa famille qui a choisi de s’établir ici, à Sherbrooke», a conclu Martine Ouellet.

Page 1 sur 37123456789102030Dernière page »