• Demandeurs d’asile : Le gouvernement canadien ne fait pas son travail

    La chef du Bloc Québécois et députée à l’Assemblée nationale, Martine Ouellet, accompagnée de Mario Beaulieu, député de La Pointe-de-l’Île et porte-parole en matière d’immigration, et de Stéphane Handfield, avocat spécialisé en matière d’immigration, a dénoncé l’impuissance manifeste du Canada à gérer efficacement le dossier des demandeurs d’asile.

    « On pourrait résumer le travail d’Ottawa en quelques mots : insouciance, improvisation et manque de jugement. Justin Trudeau et le gouvernement canadien ne font pas leur travail. La situation à la frontière se détériore de jour en jour », a martelé Martine Ouellet d’entrée de jeu.

    Justin Trudeau : le marchand d’illusions qui crée de faux espoirs

    « Il a beau se pavaner à travers le monde en disant que le Canada ouvre les bras à tous, Justin Trudeau a les deux pieds dans la même bottine quand vient le temps d’agir efficacement, a poursuivi Martine Ouellet. Il n’a pas prévu les effectifs nécessaires pour assurer une bonne gestion des dossiers des réfugiés.   Avec toutes les coupes de postes des dernières années et l’absence de véritable analyse de la situation actuelle, le gouvernement canadien est la cause directe de délais aberrants, tant dans le traitement de la demande de recevabilité que dans celui du statut de réfugié. »

    Stéphane Handfield a poursuivi ainsi : « Il y a quelques mois, la demande de recevabilité d’un demandeur d’asile était traitée sur-le-champ. Actuellement, le délai peut dépasser 3 mois, mois durant lesquels les ressortissants vivent de l’insécurité et doivent être pris en charge par l’État. Les délais de traitement des demandes de statut de réfugié sont quant à eux indécents. Alors qu’historiquement ces délais étaient de 2 mois, ils sont maintenant de 9 à 24 mois. Sans parler du permis de travail, dont le délai d’obtention est passé de 6 semaines, il y a un an, à 9 et même 12 mois actuellement. »

    « Il est temps que Justin Trudeau arrête de se tourner les pouces et octroie les ressources nécessaires, tant financières qu’humaines, afin de régler la situation. Le Québec envoie au Canada 50 milliards de dollars par année pour la gestion des compétences fédérales. Ce n’est clairement pas un manque d’argent qui empêche Justin Trudeau d’agir », a ajouté pour sa part Mario Beaulieu.

    « Il faut aussi rappeler que malgré les grandes déclarations d’ouverture de Justin Trudeau, près de 50 % des demandes de statut de réfugié des ressortissants haïtiens ont été refusées en 2016. Il faudrait qu’il arrête de créer de faux espoirs aux ressortissants étrangers et qu’il donne l’heure juste », a renchéri Martine Ouellet.

    Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis

    Rappelons qu’actuellement, les demandeurs d’asile en provenance des États-Unis n’ont d’autre choix que de traverser la frontière de façon irrégulière, en dehors des postes frontaliers, pour pouvoir revendiquer un statut de réfugié s’ils ne veulent pas être refoulés. En effet, aux postes frontaliers, ils sont automatiquement retournés aux États-Unis en vertu de l’Entente sur les tiers pays sûrs. Cela crée deux systèmes parallèles, générant une désorganisation malsaine.

    La Convention de Genève sur les réfugiés demande à tous les pays signataires d’accueillir les demandeurs d’asile le temps d’analyser leur demande. « La compassion et l’efficacité ne sont pas incompatibles, au contraire!, a lancé Martine Ouellet. Mais actuellement, l’application de l’Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis va à l’encontre même du principe du traité de Genève. Les déclarations controversées du président Trump ont créé, de facto, un sentiment d’insécurité chez les ressortissants haïtiens, à qui Barack Obama avait accordé un statut de protection temporaire suite au tremblement de terre de 2010. Il en était de même au printemps dernier lorsque le président américain a annoncé qu’il souhaitait interdire par décret l’entrée aux États-Unis de ressortissants de six pays à majorité musulmane. Et c’est loin d’être terminé : d’autres décisions sont à venir au sujet de l’expiration de statuts de protection temporaire de centaines de milliers de ressortissants de neuf autres pays. La situation risque donc de s’amplifier dans les prochaines semaines et les prochains mois et elle était prévisible depuis le printemps dernier! »

    « La seule solution pour éviter deux systèmes en parallèle est la suspension temporaire des effets de l’Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis le temps de faire l’évaluation de la nouvelle situation politique, a renchéri Mario Beaulieu. Cette suspension est totalement justifiée par les récentes déclarations du gouvernement américain. Invoquer la peur d’incidents diplomatiques revient à plier l’échine devant l’administration Trump, qui a elle-même créé cette nouvelle situation avec ses déclarations intempestives. C’est le maintien de l’application de cette entente qui est responsable de la situation intenable aux frontières du Québec. »

    Quand le Québec sera indépendant, il pourra gérer correctement ses frontières

    En rapatriant tous nos pouvoirs en relations internationales, le Québec pourra :

    • suspendre les effets de l’Entente sur les tiers pays sûrs avec les États-Unis afin de mettre fin aux passages irréguliers à la frontière et ainsi respecter la lettre et l’esprit de la Convention de Genève.

    En rapatriant notre 50 milliards de taxes et d’impôts canadiens ainsi que la gestion de l’immigration, le Québec pourra se donner les moyens d’accueillir efficacement les demandeurs d’asile.   Le Québec pourra :

    • déployer les effectifs nécessaires afin que la demande de recevabilité se fasse dans un délai de 24 heures et que le permis de travail soit délivré en même temps que la demande de recevabilité;
    • s’assurer que les demandes de statut de réfugié soient traitées dans un délai de 2 mois.

    Devant ce constat d’échec de gestion de la situation des demandeurs d’asile, le Bloc Québécois demande qu’Ottawa donne au Québec les moyens d’agir efficacement en la matière. « Pour le moment, en attendant que nous ayons rapatrié nos impôts et nos lois, le minimum serait qu’Ottawa nous retourne une partie de notre 50 milliards pour faire un travail que, manifestement, il refuse de faire », a conclu Martine Ouellet