• Le pipeline de pétrole Énergie Est, un pire désastre pour Montréal que le déversement de la Saskatchewan

    Montréal, le 28 mars 2017 – La chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet s’inquiète grandement des conséquences désastreuses du pipeline de pétrole Énergie Est, qui pourrait causer à Montréal une catastrophe environnementale pire que celle qu’a connu la Saskatchewan. En effet, une étude présentée au Forum sur l’environnement Americana confirme que les conséquences d’un déversement de pétrole bitumineux dilué dans le fleuve Saint-Laurent seraient encore pires qu’appréhendées. Le Bloc Québécois réaffirme donc son engagement ferme à lutter contre le projet de pipeline de pétrole Énergie Est.

    « On savait déjà qu’un déversement provenant du pipeline de pétrole Énergie Est provoquerait un désastre environnemental important, puisque celui-ci traverserait plus de 800 de nos rivières et plusieurs de nos terres agricoles et forestières », a rappelé Martine Ouellet.  « Maintenant, on apprend que les conséquences d’un bris de ce pipeline ardemment promu par les fédéralistes seraient une catastrophe pour les 4 millions d’habitants du Grand Montréal qui s’approvisionnent en eau potable dans le fleuve Saint-Laurent. On a déjà vu les dommages et les dégâts du déversement d’un pipeline en Saskatchewan, on ne veut pas ça chez nous », a continué Martine Ouellet.

    La chef du Bloc Québécois fait référence au désastre qu’a connu la Saskatchewan l’été dernier, alors qu’un bris de pipeline de pétrole survenu à 300 mètres d’une rivière a causé une vive pollution de l’eau sur une distance de 500 km, malgré toutes les tentatives des autorités pour contenir le pétrole échappé. Des particules en suspension ont été retrouvées autant en surface qu’au fond de la rivière touchée, laissant présager le pire advenant une pareille situation ici.

    « Des études comme celle présentée au Forum sur l’environnement Americana met en évidence toute l’importance du travail des députés du Bloc Québécois à Ottawa qui préparent l’indépendance du Québec en dénonçant, notamment, tous les risques liés à Énergie Est. Ce que se refusent de faire tous les autres partis à Ottawa, qui font de la surenchère aplaventriste devant les pétrolières au lieu de prendre la défense des Québécois »

    « Encore une fois, on voit l’urgence pour le Québec de devenir un pays, car notre statut de province permet au Canada et à ses partenaires pétroliers de nous imposer de force un pipeline de pétrole qui polluerait les prises d’eau potable de plus de 4 millions de Québécois advenant un déversement», a soutenu Martine Ouellet. « Un Québec indépendant se ferait un honneur de miser sur l’électrification des transports et n’aurait pas à subir les conséquences néfastes de l’économie pétrolière du Canada».

    La Communauté métropolitaine de Montréal rappelle qu’elle ne dispose que d’une réserve de 12 à 16 heures advenant la contamination des prises d’eau potable et que seulement 3 stations de filtration sur 26 autour du fleuve Saint-Laurent possèdent une prise d’eau alternative. Si Énergie Est pollue notre eau, il n’y a pas de plan B.

    « Sachant que quelque 750 incidents sont survenus le long des principaux pipelines au Canada depuis 2008, on ne peut prendre le risque de contaminer l’eau utilisée par plus de 4 millions de personnes. Nous, au Bloc Québécois, on refuse de jouer à la roulette russe avec l’eau potable des citoyens pour enrichir les pétrolières de l’Ouest», a conclu Martine Ouellet.

  • Loi 99 : Justin Trudeau conteste à son tour l’existence juridique du peuple québécois

    Ottawa, le 20 mars – aujourd’hui débute la contestation en Cour supérieure du Québec de la Loi 99, c’est-à-dire, la loi portant sur le droit fondamental du Québec de pouvoir décider de son avenir. À la suite d’une question du Bloc Québécois posée à la Chambre des communes aujourd’hui, on a appris que le gouvernement Trudeau refuse de retirer son appui à la contestation de la Loi 99. Il appuie donc la démarche initiée par Stephen Harper contre l’existence juridique du peuple québécois, contre le droit à l’autodétermination des Québécois, et contre la règle démocratique élémentaire du 50%+1.

    «  C’est une vraie honte de voir que le gouvernement du Canada utilise l’argent des contribuables du Québec pour venir contester une loi québécoise votée en toute légitimité, sans parler de la motion unanime de l’Assemblée nationale du Québec de 2013 qui demandait au gouvernement du Canada de se retirer. Aujourd’hui, Justin Trudeau a raté une belle occasion de se distinguer du gouvernement canadien précédent afin de respecter les institutions du Québec. Il préfère poursuivre une décision du gouvernement de Stephen Harper. Un autre dossier, après le pétrole, où on voit que les gouvernements de  Stephen Harper et de Justin Trudeau c’est du pareil au même! », dénonce Martine Ouellet.

    « Le gouvernement de Justin Trudeau méprise le droit du peuple québécois à décider de son avenir. Obliger le Québec à défendre un principe élémentaire de démocratie, c’est là que nous a conduits le fédéralisme envahisseur d’Ottawa. Le gouvernement du Canada, sous Stephen Harper, a décidé d’être partie prenante dans ce procès. Le gouvernement de Justin Trudeau vient de confirmer aujourd’hui en réponse à ma question qu’il entendait poursuivre le travail de sape contre la démocratie québécoise », exprime le chef parlementaire du Bloc Québécois, Xavier Barsalou-Duval.

    Rappelons que le Bloc Québécois porte actuellement une pétition, parrainée par le député Michel Boudrias, qui demande le retrait du gouvernement du Canada dans la contestation en cour de la Loi 99 et qu’il réaffirme les principes fondamentaux formulés dans la loi.

    « Des Québécois de tous les horizons, et pas seulement des indépendantistes, demandent qu’Ottawa ne se mêle pas de ce procès-là. Il y a unanimité à l’Assemblée nationale du Québec sur la question. Le Canada n’en a que faire. Il conteste le droit du Québec de tenir un référendum dont une majorité de 50%+1 serait décisionnelle, un barème pourtant reconnu à l’international, comme dans le cas du Brexit. Le Canada refuse que le gouvernement du Québec tienne sa légitimité du peuple qui habite son territoire pour décider de son avenir. Ensuite, ça veut nous faire accroire qu’Ottawa n’essaie pas d’enfermer le Québec dans le Canada », conclut Xavier Barsalou-Duval.

  • Caucus du Bloc Québécois – dévoilement de la composition de l’équipe parlementaire

    Montréal, le 19 mars 2017 – Martine Ouellet, chef du Bloc Québécois, présente ses nominations pour les postes d’officiers du caucus de l’équipe parlementaire. En effet, après avoir rencontré tous les députés, la nouvelle chef élue du parti est maintenant prête à annoncer qui occupera les différentes fonctions d’officiers au sein du caucus.

    Un chef parlementaire 

     L’action transparlementaire de Martine Ouellet nécessitera qu’elle siège à Québec tout en étant chef du Bloc Québécois , ce qui l’amènera à mener des opérations à Ottawa. C’est en ayant comme objectif de maintenir une représentation forte et constante au parlement d’Ottawa que la chef a décidé d’ajouter la fonction de chef parlementaire à la structure du caucus bloquiste. C’est le député du Bloc Québécois de la circonscription de Pierre-Boucher – Les Patriotes – Verchères, Xavier Barsalou-Duval à qui la chef a attribué sa confiance pour la fonction. Le chef parlementaire aura donc pour fonction de s’occuper des dossiers demandant une intervention immédiate sur la colline. De plus, il s’exprimera au nom de la chef et du parti à Ottawa, autant en chambre que lors de mêlées de presse, par exemple.

    « Xavier Barsalou-Duval travaille comme deux – depuis son élection en 2015, il a su se démarquer à travers ses fonctions parlementaires, dans sa circonscription, ainsi que dans ses interventions médiatiques. Je crois sans l’ombre d’un doute que c’est la personne tout indiquée pour me représenter sur la colline d’Ottawa. Xavier a toute ma confiance. Il fera un excellent travail », a déclaré Martine Ouellet.

    Leader  

    Quant à la fonction de leader, la chef a choisi de nommer à cette fonction importante, le député de Joliette, Gabriel Ste-Marie. Le député est particulièrement reconnu pour s’être illustré dans l’exercice de ses dossiers parlementaires. Dans des enjeux tels que la lutte aux paradis fiscaux, les transferts en santé ou la protection des consommateurs, pour ne nommer que ceux-là, le député s’est grandement démarqué. Le leader est chargé de la mise en place d’une stratégie parlementaire et requière une grande connaissance des dossiers pour amener le caucus à réagir rapidement aux enjeux d’actualité. « Ça nous prend quelqu’un de rigoureux et de très impliqué pour ce poste. Le choix de Gabriel s’impose par sa proactivité et son sens de l’analyse», a affirmé Martine Ouellet.

    Pour la chef, « Gabriel Ste-Marie s’est distingué par sa forte capacité à livrer des dossiers bien ficelés et à approfondir des enjeux complexes. C’est donc sans hésiter que je lui confie les fonctions de leader, car j’ai confiance qu’il excellera dans cette nouvelle position. Gabriel a la reconnaissance de ses collègues, il travaille très bien ».

    Whip

    Pour la fonction de whip, le choix de la chef s’est arrêté sur la députée de la circonscription de Manicouagan, Marilène Gill. Cette députée a, en effet, montré un grand leadership, une assiduité et une force de travail, ce qui fait d’elle la personne idéale pour le poste. Le whip coordonne les travaux des députés tant au niveau parlementaire qu’à l’extérieur de la Chambre. Cette fonction nécessite un sens de l’organisation hors du commun.

    « Cette députée m’a toujours impressionnée par l’effet d’entrainement qu’elle exerce autour d’elle, par son sens de la diplomatie et par le talent qu’elle a de diriger une équipe dans l’atteinte de ses objectifs. Je crois qu’elle est la personne toute désignée pour assurer ce poste dans l’équipe », exprime Martine Ouellet.

    Président du caucus 

    Finalement, Martine Ouellet proposera à l’équipe parlementaire que Louis Plamondon maintienne ses fonctions de président du caucus. En tant que doyen de la Chambre des communes, sa grande expérience est reconnue par l’ensemble des parlementaires à Ottawa. Il y représente sa circonscription depuis plus de 30 ans. La chef du Bloc Québécois pense qu’il est un atout important pour le Bloc Québécois.

    « Louis Plamondon, c’est l’expérience, c’est la mémoire du caucus du Bloc Québécois. À travers vents et marées, notre parti a toujours pu compter sur lui. Ça va donc de soi, pour moi, qu’il poursuive ses fonctions à titre de président du caucus », conclut Martine Ouellet.

  • Paradis fiscaux – KPMG doit servir d’exemple – Le gouvernement doit sonner la fin de la récréation

    QUÉBEC, le 16 mars 2017  – La députée de Vachon, Martine Ouellet, a présenté aujourd’hui une motion visant notamment à permettre à Revenu Québec d’avoir toutes les informations afin de débusquer les fraudeurs et qu’ultimement, chacun paye sa juste part d’impôts.

    « Nous sommes en pleine période où les contribuables québécois font leurs déclarations d’impôts. Alors qu’on a découvert l’entente secrète que le gouvernement canadien a conclue avec KPMG pour ses clients ultra-riches qui souhaitaient se voir éviter le paiement de millions de dollars en impôts – une entente qui élimine les pénalités et réduit le taux d’intérêt – on constate qu’il y a deux poids deux mesures quant au traitement des fraudes fiscales. Les contribuables de la classe moyenne passent au tordeur pendant qu’une petite élite ultra-riche bénéficie de petits passes droit», a lancé la députée lors d’un point de presse précédant sa motion au Salon bleu. «Au lieu de faire des passes droit qui sont quasiment des incitatifs à  »s’essayer », on devrait faire de l’affaire KPMG un exemple en sévissant sévèrement », a-t-elle poursuivi.

    Une motion rejetée par les libéraux sous un prétexte fallacieux

    La motion que Martine Ouellet a lue en chambre était libellée comme suit :

    Que l’Assemblée nationale note que le dossier de KPMG démontre que le gouvernement du Canada, à travers l’Agence du revenu du Canada, a fait une entente pour éviter des pénalités aux clients fautifs de KPMG.

    Qu’elle exige que l’Agence du revenu du Canada informe en temps réel Revenu Québec de toutes informations, tant nationales qu’internationales, sur les enquêtes qui concernent des individus et des compagnies québécoises afin de lui permettre de mieux lutter contre les paradis fiscaux.

    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement fédéral de cesser de contracter avec la firme KPMG.

    Que l’Assemblée nationale demande au gouvernement du Québec de ne plus contracter avec la firme KPMG.

    « Il est inconcevable que les gouvernements d’Ottawa et de Québec continuent de contracter avec la firme KPMG alors qu’elle a été au centre d’un tel scandale de fraudes fiscales! La moindre des choses est de cesser immédiatement», a poursuivi la députée.

    Madame Ouellet déplore également le fonctionnement en vase clos de l’Agence du revenu du Canada et de Revenu Québec.  Elle demande donc que l’information récoltée à Ottawa soit transmise en temps réel à Québec.

    « Malheureusement, le gouvernement libéral a refusé, par l’intermédiaire du leader adjoint, Marc Tanguay,  d’entendre ma motion sous prétexte qu’elle ne concerne que le gouvernement fédéral. Depuis quand le Québec ne peut-il pas intervenir afin qu’Ottawa agisse dans un dossier qui a des répercussions directe ici ? Est-ce que le gouvernement de Philippe Couillard a décidé d’être le champion de toute l’histoire de  »l’à-plat-ventrisme » face à Ottawa? Ou est-ce parce que le premier ministre et le directeur de cabinet du ministre des Finances, Guillaume Caudron, ont eu des liens avec KPMG par le passé? Peu importe les raisons, il est déplorable que le gouvernement libéral abdique ainsi, systématiquement» a conclu Martine Ouellet.

  • Le Québec doit avoir tous les moyens pour lutter lui-même contre l’évasion fiscale

    Pour Martine Ouellet et son équipe, il est impératif que les Québécois reconnaissent le manque de volonté du gouvernement canadien à lutter réellement contre l’évasion fiscale et qu’ils prennent collectivement le problème en main. La candidate à la direction du Bloc Québécois a donc tenu un point de presse, accompagnée par les députés Gabriel Ste-Marie et Xavier Barsalou-Duval,  au cours duquel elle désavoue le gouvernement canadien, citant l’exemple criant du cafouillage avec KPMG. Elle demande que l’Agence du revenu du Canada informe en temps réel Revenu Québec de toutes informations, tant nationales qu’internationales, sur les enquêtes qui concernent des individus et des compagnies québécoises.

    Ottawa n’est pas au rendez-vous

    « Le gouvernement canadien ne fait pas son travail en matière de lutte fiscale et ce sont les contribuables  qui en paient le gros prix », s’est désolée la candidate.  En effet, juste au Québec, les pertes en impôts non-perçus sont estimées annuellement à plus d’un milliard. « Il s’agit là d’un problème inacceptable. Ce sont des sommes gigantesques qui sont volées chaque année et tout ce que le gouvernement Trudeau trouve à faire dans le dossier, c’est de récompenser les contrevenants », a dénoncé Xavier Barsalou-Duval. Rappelons que dans le dossier de KPMG, le gouvernement a offert une amnistie aux clients multimillionnaires de l’entreprise, par le biais d’une exemption des pénalités, en plus d’une réduction des intérêts qui sont normalement exigés lorsqu’il y a défaut de paiement. « Alors que l’utilisation des paradis fiscaux ne cesse de prendre de l’ampleur au Canada, le gouvernement d’Ottawa aménage son régime fiscal pour favoriser leur utilisation et envoie le message qu’il est tout à fait possible pour les contrevenants riches d’obtenir une formule faite sur mesure lorsqu’ils sont pris en défaut. Les contribuables ont raison de se questionner. Avec ses mesures d’accommodement douteuses, le gouvernement ne lutte pas contre la fraude fiscale, il en fait la promotion », s’est exprimé Gabriel Ste-Marie.

    Selon les députés Ouellet, Barsalou-Duval et Ste-Marie, le scandale KPMG doit servir d’exemple dissuasif pour les futurs contrevenants et leurs complices. Ils recommandent donc au gouvernement de mettre un terme à tous les contrats avec la firme et de demander à la GRC d’ouvrir une enquête criminelle. « Aux États-Unis, pour un cas similaire impliquant KPMG, des dirigeants de l’entreprise ont été envoyés en prison.  Les Québécois ne peuvent se permettent de voir leur argent se faire dilapider de la sorte dans l’insouciance complète d’Ottawa. Tant que le Québec ne sera pas un pays, il est de notre devoir de faire pression sur le Canada pour que notre trésor public soit géré convenablement », a déclaré Martine Ouellet.

    Partager systématiquement l’information à Revenu Québec

    Faute de pouvoir obtenir une véritable lutte à Ottawa contre les pratiques fiscales frauduleuses et considérant la perte économique énorme qu’elles occasionnent, l’équipe Ouellet se tourne vers Revenu Québec.  Dans le résumé de son mémoire « Paradis fiscaux – Passer de la critique à l’action », Gabriel Ste-Marie rapporte, à propos de l’évasion fiscale, que selon « un témoin à la Commission parlementaire de l’Assemblée nationale sur les paradis fiscaux, (…) le Québec est libre d’y déroger et de lutter lui-même (…), même si Ottawa s’y refuse. » Il ajoute à cette affirmation que cependant, « pour pouvoir appliquer la Loi de l’impôt, il est indispensable d’avoir accès aux renseignements fiscaux des contribuables. L’État ne peut pas imposer des revenus dont il ignore l’existence. » C’est à partir de ce fait que prend racine l’idée d’établir des mécanismes de transmission systématiques de l’information de l’Agence de revenu du Canada vers Revenu Québec. Présentement, lorsque Revenu Québec souhaite obtenir de l’information à propos d’un dossier ou d’une enquête, l’institution doit passer par un processus long et, plus souvent qu’autrement, la réponse est acheminée seulement après l’enquête. Aussi, dans bien des cas, les requêtes sont satisfaites seulement lorsqu’il y a un verdict de culpabilité.

    « Ce que nous proposons, c’est d’alléger le processus dans son ensemble et de permettre ainsi à Revenu Québec d’augmenter son efficacité pour débusquer les fautifs. En augmentant la pression sur les fraudeurs, on règlera ainsi une partie significative du problème. Ottawa doit constater ses limites et décentraliser son administration fiscale », a réclamé le député Barsalou-Duval.

  • Martine Ouellet constituera une opposition farouche et sans détour à Énergie Est

     

    Montréal, le 04 mars 2017 – Une fois élue chef du Bloc Québécois, Martine Ouellet fera de la lutte au projet de pipeline Énergie Est son cheval de bataille. La candidate compte mener une lutte décisive et sans relâche au projet néfaste de TransCanada et démasquer l’incapacité des fédéralistes à répondre aux Québécois dans le dossier. Pour ce faire, elle mettra à contribution, sans réserve, son action transparlementaire, tant à Ottawa qu’à Québec. Elle en faisait l’annonce aujourd’hui avec Monique Pauzé, députée du Bloc Québécois.

    « On le voit encore particulièrement aujourd’hui, il y a une offensive des fédéralistes d’Ottawa et de Québec en faveur du pétrole bitumineux et d’Énergie Est. Le fait de pouvoir travailler sur les deux paliers de gouvernement, tant à Ottawa qu’à Québec, est un avantage considérable pour démasquer l’action des fédéralistes en faveur d’Énergie Est », déclare la députée.

    Pour la candidate à la direction du Bloc Québécois, le Canada est un pays pétrolier, tandis que le Québec est tourné vers les énergies renouvelables, vers l’avenir, et les deux visions sont complètement incompatibles : « Les Québécois de toutes les franges de notre communauté, les maires, les groupes citoyens et environnementaux ainsi que les communautés autochtones sont contre le pipeline Énergie Est. Il n’y a que les fédéralistes à tout crin pour aller à l’encontre de la volonté du peuple québécois. Il y a une incapacité des fédéralistes à répondre aux citoyens québécois sur le dossier d’Énergie Est, et la raison de leur incapacité vient de leur volonté de faire plaisir à tout prix aux intérêts pétroliers et financiers canadiens ».

    « Le Bloc Québécois est le seul parti à Ottawa qui a fait des actions concrètes contre Énergie Est », affirme Monique Pauzé.

    Étude biaisée du ministère québécois des Finances

    Alors que des groupes citoyens du Québec se mobilisent pour bloquer Énergie Est, les conclusions d’une étude vantant les mérites du pipeline Énergie Est étaient divulguées dans la presse. L’étude était conduite par le ministère des Finances du gouvernement du Québec.

    « L’étude du ministère des Finances est farfelue et biaisée, elle se fonde sur des ‘’faits alternatifs’’», illustre la candidate. « Les hypothèses de base sont erronées. Le pipeline ne créera que très peu d’emplois au Québec, puisque le pétrole lourd bitumineux est principalement destiné à l’exportation. Le ministère des Finances s’est basé sur des faits alternatifs, ce qui leur permet d’arriver à des conclusions complaisantes sur Énergie Est», exprime Martine Ouellet.

    Selon la députée, les hypothèses de base sont tout autres. D’une part, l’hypothèse d’un prix avantageux pour les raffineries du Québec est extrêmement discutable, puisque la construction des différents pipelines permettra de désenclaver le marché des sables bitumineux albertains, ce qui se traduira probablement par un nivèlement du prix du pétrole albertain sur celui du marché mondial. D’autre part, le pétrole n’est pas destiné aux raffineries du Québec qui actuellement n’ont pas la capacité de traiter du pétrole lourd.
    Justin Trudeau reçoit le prix du «leadership mondial » des pétrolières

    Alors que le Québec est tourné vers les énergies vertes, le premier ministre Justin Trudeau, quant à lui, s’apprête à être honoré pour son leadership mondial pour le développement des énergies fossiles. Il recevra le prix dans le cadre d’un évènement organisé par des consultants et lobbyistes du pétrole, qui réunira les principales multinationales pétrolières.

    « Que ce soit Justin Trudeau ou Stephen Harper, l’influence des pétrolières est la même. Malgré les beaux discours que nous avons entendus de Justin Trudeau à la conférence de Paris sur les changements climatiques, ses actions et décisions prouvent le contraire : il autorise pipeline après pipeline et adopte les mêmes cibles en matière de changements climatiques que Stephen Harper. Avec ce genre de décisions, il est clair que le Canada va complètement rater la cible qu’il s’est donnée lors de la COP21» se désole Monique Pauzé.

    Rappelons que le pipeline de pétrole bitumineux Énergie Est ne vise essentiellement que l’exportation. Le pipeline transportera un des pétroles les plus polluants de la planète, va traverser plus de 800 cours d’eau, avec tous les risques d’accidents et de contamination d’eau potable que cela représente.

    « Énergie Est est un projet dangereux. Avec le Bloc Québécois, nous allons lutter sans relâche pour que le plus long et le plus important projet de pipeline en Amérique du Nord ne traverse d’aucune façon le territoire du Québec », conclut Martine Ouellet.

     

  • Martine Ouellet pour une première fois de passage à Ottawa et reçoit l’appui de 3 autres députés du Bloc Québécois

    Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc Québécois

    Ottawa, le 13 février 2017 – C’est aujourd’hui que Martine Ouellet, candidate à la direction du Bloc Québécois, a fait son premier passage sur la colline parlementaire d’Ottawa. Lors de cette première visite, la candidate a présenté trois nouveaux appuis du caucus du Bloc Québécois, en plus de commenter et de communiquer ses attentes face à la visite officielle que rendra le premier ministre canadien, Justin Trudeau, au président américain Donald Trump. La députée de Vachon en a également profité pour réaffirmer ses recommandations quant à la renégociation probable de l’ALÉNA.

    Martine Ouellet reçoit l’appui de 3 députés du Bloc Québécois

    C’est avec fierté et enthousiasme que la candidate a annoncé que les élus Monique Pauzé, députée de Repentigny, Michel Boudrias, député de Terrebonne ainsi que Simon Marcil, député de Mirabel, donnent leur appui à sa candidature à la chefferie du Bloc Québécois.

    « Martine Ouellet est une femme qui sait rassembler, une femme dont les compétences et la volonté d’agir ne sont plus à prouver. Ex-ministre des Ressources naturelles, son engagement dans la cause environnementale résonne particulièrement chez moi, étant critique de notre parti en matière d’environnement et de développement durable. Elle a mon appui le plus sincère », affirme Monique Pauzé.

    « Je l’ai dit une première fois lorsque Martine Ouellet amorçait sa réflexion quant à son avenir au Bloc Québécois et je le répète : elle représente une candidature d’exception pour notre parti. Aujourd’hui, c’est avec fierté que je me joins à une militante indépendantiste infatigable, à une femme d’action et de conviction», a ajouté Michel Boudrias.

    « Je me bats depuis des mois pour que soit respecté notre système de gestion de l’offre, alors que l’importation de lait diafiltré des États-Unis met en péril l’industrie laitière du Québec.  Les propositions de Martine Ouellet sur l’Accord de libre-échange nord-américain me donnent l’assurance que les agriculteurs du Québec trouveront chez elle un soutien indéfectible », affirme le député de Mirabel Simon Marcil.

    Ces trois nouveaux appuis s’ajoutent à ceux de Gabriel Ste-Marie, député de Joliette, de Marilène Gill, députée de Manicouagan et de Xavier Barsalou-Duval, député de Pierre-Boucher-les-Patriotes-Verchères. Il y a donc maintenant six députés sur dix qui appuient Martine Ouellet dans sa course. « L’équipe des députés du Bloc Québécois rayonne par son dynamisme et sa conviction. L’expertise de chaque membre de ce caucus est complémentaire et contribue à la grande efficacité dont ils ont fait preuve depuis leur élection. C’est donc avec la valeur du travail en collégialité que je brigue la direction du parti. Et en ce qui concerne la course, ce n’est plus ma campagne à la direction du parti, mais notre campagne. Il me fait immensément plaisir de vous présenter la forme qu’aura notre équipe à partir d’aujourd’hui ! », a poursuivi Martine Ouellet.

    Rencontre Trump-Trudeau : Martine Ouellet appelle à moderniser l’ALÉNA

    L’équipe Ouellet propose des modifications à l’ALÉNA afin d’assurer les intérêts du Québec lors de la renégociation que le nouveau président américain a annoncée.

    « Nous avons pu constater l’empressement exprimé par le nouveau président des États à revoir le contenu du traité de l’ALÉNA. Entre un protectionnisme étroit prôné par Donald Trump et le libre-échangisme effréné et débridé de Justin Trudeau, le Québec risque fort d’en payer encore le prix. Nous souhaitons un libre-échange, mais ce doit en être un qui est équitable pour l’ensemble des citoyens. Le libre-échange doit servir d’abord les citoyens, les travailleurs, plutôt que de profiter presque exclusivement aux multinationales et aux entreprises étrangères », expose Martine Ouellet.

    La députée propose notamment de retirer la ‘’clause investisseur’’, qui permet aux entreprises de poursuivre les gouvernements, de conserver le Bois d’œuvre dans l’ALÉNA tout en supprimant les accords parallèles qui en diminuent la portée, de maintenir la gestion de l’offre dans le secteur agricole et de se doter d’une politique s’inspirant du Buy American Act. 

    « Étant encore dans l’impossibilité de négocier nos propres traités en fonction de nos intérêts et en respect de nos priorités, nous devons au moins avoir des positions claires. Je n’accepterai pas que les Québécoises et les Québécois continuent de n’être que des figurants dans la signature et la négociation de traités internationaux. La ‘’clause investisseur’’ constitue une atteinte grave à la démocratie et à la souveraineté des États », dénonce la candidate.

    Martine Ouellet, de passage à Ottawa pour rencontrer des députés du Bloc Québécois et l’équipe parlementaire, travaillera activement à ce que l’Accord de libre-échange nord-américain soit modernisé et corresponde mieux aux besoins du marché québécois.

     

    Pour consulter l’entièreté de la position de Martine Ouellet sur l’ALÉNA : http://martineouellet.quebec/actualite/renegociation-de-lalena-le-gouvernement-du-quebec-doit-se-positionner/

     

Page 4 sur 41234